LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

07/07/2019

Renault Clio 5 TCe 100 Intens

Coup de bluff


par Patrick RENZI

De la part de Renault, on peut s’attendre à tout. Surtout le pire. A l’image de son ancien patron qu’on aurait du recycler depuis longtemps, le constructeur français a perdu son goût pour l’innovation. Incapable d’aller titiller les meilleurs, y compris dans les quelques rares segments qu’il tente d’occuper, cette fois, c’est le design, pourtant dirigé par le cador torturé du coup de crayon. Franchement Laurens, on attendait mieux de toi.



QUELQUES GENERALITES

Pour tenter de faire illusion et ne pas perturber les ventes de son fer de lance, Renault nous gratifie d’une Clio 5 qui ressemble plus à une remise à niveau du style Phase 2 qu’à autre chose. Bien sûr, les bonnes âmes que le losange envoie au casse-pipe insistent sur les investissements déraisonnables engagés dans cette nouvelle Clio. Mais quitte à faire sa révolution, on aurait préféré une Clio qui ose, qui accroche le regard, qui bouscule. Bref, une Clio 5 !

LE TOUR DU PROPRIO

Et c’est ici que la déception est la plus grande. Alors qu’on pouvait s’attendre à une nouveauté de premier plan, Renault s’est limité aux retouches esthétiques qu’il faut dénicher, genre jeu des 7 erreurs. On nous dit que le capot est plus grand, nervuré, que la hauteur a été rabotée de 8 mm et qu’une ligne chromée habille le vitrage latéral… On insiste sur la nouvelle teinte Orange Valencia et ce hayon qui affleure désormais le bouclier… Bravo Laurens, tu vas pouvoir bientôt rejoindre Chris Bandle !

ESPACE INTERIEUR

Comme si Renault avait enfin compris qu’on n’était plus dans les années 90 et que pour 15 ou 20000 euros, les clients demandaient autre chose que le minimum syndical, le poste de conduite et plus largement l’habitacle lui-même bénéficient de soins intensifs. Il est vrai que la Clio 4 flanchait côté qualité et finition, équipement et aménagement et qu’il était temps de réagir. Et force est de constater que les matières sont enfin choisies avec un soin plus sérieux, que l’ergonomie et la technologie du moment ont enfin pris place à bord de notre Clio. On insiste bien chez Renault sur le nouvel écran multimedia, le tableau de bord numérique, le volant ou la console centrale, mais franchement, vous ne croyez pas qu’en 2019, livrer une voiture digne à un client demeure une priorité ? Pas de quoi fouetter un chat.

ASPECT TECHNIQUE

Et une fois de plus, Renault se moque du monde en présentant sa « nouvelle » Clio avec des moteurs dépassés. Seules 4 motorisations sont aujourd’hui disponibles et même si on nous bassine avec une hypothétique et lointaine variante hybride, il faudra attendre la fin de l’année pour les entrées de gamme SCe 65 et 75… Dommage de louper son lancement. Et je ne vous parle pas des boîtes auto déclinées à la ramasse. Tout cela sent l’à peu près. Pas digne d’un constructeur qui se dit mondial et qui oublie que son terroir premier, c’est la France.

SUR LA ROUTE

Avec la nouvelle plateforme CMF-B, la Clio 5 se hisse au meilleur dans le domaine des tenues de route et de cap. C’est un domaine depuis longtemps maitrisé par les Français, qu’ils soient du côté du losange, des chevrons ou du Lion. Du coup, le plaisir à bord est appréciable… excepté pour les performances de notre pauvre 3 cylindres qui est souvent à l’agonie, hormis peut-être pour quelques maisons de retraite… 100 ch… 160 Nm de couple ? Et cette putain de boîte qui accroche dès qu’on lui demande de faire son job !

ON SE RESUME

Pour éclater la concurrence, il faudra autre chose qu’un coup de bluff. Car si on se résume, certes quelques qualités de conduite indéniables et une qualité de finition intérieure un tantinet revue à la hausse, mais pour le reste, c’est un lancement raté. Des tarifs demeurant déments pour ce ne qui reste somme toute qu’une citadine, des motorisations absentes, une qualité maintenue lowcost pour les accès de gamme à éviter (chasser le naturel, il revient au galop !) et une ligne extérieure qui ressemble à la précédente version. Si c’est cela, l’avenir de Renault, on n’est pas prêt de voir le losange en tête des vraies ventes mondiales.

NOS COUPS DE COEUR
Qualité de fabrication
Châssis de premier plan
Aménagement intérieur
Habitabilité à la hausse

NOS COUPS DE GUEULE
Coup de bluff
Moteur 3 cylindres sans intérêt
Copie de Clio 4
Tarifs abusifs

CARACTERISTIQUES

Prix du modèle essayé (€) : 22800
Prix (à partir de/€) :              14100
Carburant : SP95
Cylindrée (cm3) : 999
Puissance maxi (ch/tr) : 100/5000
Couple maxi (Nm/tr) : 160/2750
Boîte : BVM5
Long/Larg/Hauteur (cm) : 405/179/144
Empattement (m) : 258
Poids (kg) : 1178
Coffre (L) : 391/1069
Vitesse maxi (km/h) : 187
0 à 100 km/h (s) : 11.8
Rejet CO2 (g/km) : 100
Conso mixte (L/100 km) : 4.4
Conso de l’essai (L/100 km) : 6.9
Notez

Tags : intens, renault

au hasard des essais déjà parus...
< >

Lundi 23 Septembre 2019 - 15:52 Suzuki Swift Sport 2019

Vendredi 28 Septembre 2018 - 15:18 Volvo V60 D4 190 Geartronic 8 Inscription Luxe

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque



presscar magazine automobile