LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

27/07/2015

Grand Prix de Hongrie

Vettel passe la ligne et c'est Jules qui gagne

par Raphaël OLIVIER

Mogyoród - Nous sommes pile poil à la demi saison, une sorte de pause estivale où le championnat de F1 qu'il soit pilotes ou constructeurs demeure perturbé par l'âme de Jules Bianchi qui plane au dessus des paddocks, des gradins, de la piste et du mois l'espère-t-on de la FIA… toujours ténébreuse, secrète, tendancieuse. Et l'ambiance n'est pas celle qui devrait régner dans ce haut lieu du sport auto.



Et pourtant, ce championnat nous offre globalement un spectacle de qualité avec certes, une domination des Mercedes mais épicée d'une bagarre interne Hamilton-Rosberg, mais aussi et surtout des Ferrari en verve, des Williams surprenantes, bref, un championnat beaucoup plus ouvert que prévu… et cela nous génère un spectacle de haut vol. Comme souvent, Hamilton tient la pole. Le temps de regrouper une nouvelle fois, la meute de furieux, suite à une mauvaise position de Massa, il est un peu plus de 14 heures, les feux s'éteignent… et les Ferrari font le show en prenant les commandes dès le 1er tour tandis qu'Hamilton va flirter dans les graviers et que Grosjean est à la traine, comme trop souvent.
 

Il faut attendre le T10 pour qu'Hamilton se débarrasse de Massa et lui pique la P9. Tandis que Vettel trace sa route, l'ami Lewis en délicatesse avec son équipier a le couteau entre les dents, double Perez et pointe à la P8 et signe le meilleur tour au T17 avec 1'27"695. Au T20, Maldonado et Perez sont en bagarre, se touchent et c'est Perez qui s'offre le tête à queue. A trop en faire, il arrive de sortir des limites.
 
Lors du changement de leurs pneus aux alentours du T20, Hamilton repart en tendres tandis que Rosberg choisit les mediums. L'avenir nous dira que ces différences d'option à ce stade du Grand Prix seront importantes pour la suite de la course. Les Ferrari de Vettel et de Raikonnen caracolent en tête devant Rosberg en P3, Ricciardo en P4 et Hamilton en P5. Ce dernier devra attendre le T29 pour passer le pilote Red Bull et se lancer à l'assaut de Rosberg qui paie le mauvais choix de ses mediums. Meilleur temps au T33 pour Hamilton avec 1'26"801.
 

Au T43, l'aileron d'Hulkenberg casse et la Force India sort violemment, laissant sur la piste de nombreux débris au point de neutraliser la course. Malgré cette sortie violente, le pilote sort indemne. La sortie du safety car est une aubaine pour Hamilton au grand désarroi de Vettel qui voit tous ses efforts mis quasiment à néant. Rosberg profite de la relance au T49 pour passer Raikkonen et pour sa part, toujours aussi fougueux et parfois borderline, Hamilton accroche Ricciardo et écope d'un drive-through. Le championnat est relancé. Mais Vettel ne s'en laisse pas conter et tient la tête avec sa verve habituelle et de son côté, l'ami Lewis repart à l'assaut, conscient que le moment n'est pas opportun de laisser Rosberg en tête du championnat à la mi-saison. Raikkonen abandonne.


 

Rosberg et Vettel nous offre une fin de grand prix fabuleuse et au T62, une petite seconde sépare les 2 furieux. Mais la course est la course et tout est possible, même à 6 tours de la ligne d'arrivée. Il aura suffi d'une touchette avec Ricciardo et d'un pneu arrière décalqué pour relancer une fois encore les dés. Tout cela ne remettra pas en cause la victoire de Vettel, la seconde de la saison, victoire symbolique toute dédiée à Jules Bianchi dont la présence n'a pas cessé de planer sur le Hungaroring. Vettel a eu les mots qu'il fallait pour saluer la mémoire de Jules et chacun avait le petit mot qui va bien pour saluer le champion qu'il était.

L'AVIS DE PIRELLI

Sebastian Vettel (Ferrari) s’impose pour la deuxième fois de la saison après une course émaillée d’incidents, d’accidents, de pénalités et, surtout, d’une longue intervention du Safety Car qui anéantissait les écarts patiemment construits en début d’épreuve. Conséquences : les F1 se rapprochaient les unes des autres et les stratégies de fin de course s’en trouvaient bouleversées.
La victoire de Vettel devenait possible dès le départ, puisqu’il s’élançait depuis la deuxième ligne, mais s’imposait en tête dès le premier virage. Ensuite, s’il se construisait une avance respectable, il dût véritablement se battre pour conserver son avantage à la suite d’une apparition du Safety Car qui permit de déblayer les débris de l’aileron cassé de Nico Hulkenberg dans la ligne droite. Les pilotes durent alors à plusieurs reprises passer par la pitlane, certains en profitant d’ailleurs pour changer de pneumatiques.
Cette interruption bouleversait les stratégies préétablies, certes, mais Vettel ne cédait le commandement que brièvement à son coéquipier Kimi Raïkkönen avant de le reprendre et de ne plus le lâcher jusqu’au drapeau à damier, Ferrari réussissant à exécuter une stratégie parfaite sur l’arc des 70 tours. Vettel était parti en Pirelli soft, passait un second train de softs lors du premier arrêt et terminait l’épreuve en medium. Exactement ce que nous avions prédit hier !   
De son côté, le pilote Mercedes Nico Rosberg avait choisi une stratégie alternative, ne couvrant qu’un seul relais en soft, avant de passer en medium et de terminer l’épreuve sur un dernier set de medium. Malheureusement, la deuxième place qui lui semblait acquise lui échappait en vue de l’arrivée, à la suite d’une crevaison consécutive à une touchette avec la Red Bull de Daniel Ricciardo.
Ricciardo terminait ainsi à la troisième place, puisqu’il devait changer son aileron en vue de l’arrivée, laissant la seconde marche du podium à Daniel Kvyat qui signe là le meilleur résultat de sa carrière, en dépit d’une pénalité de dix secondes. Les Red Bull confirment donc leurs bonnes dispositions entrevues aux essais, tandis que Toro Rosso permet à Max Verstappen de terminer en quatrième position, ce qui est également le meilleur résultat de sa jeune carrière.
A l’exception de Pastor Maldonado, tous les pilotes se sont élancés en soft, bien que l’éventail des stratégies possible se soit ensuite largement ouvert, avec une température de piste initialement fraîche qui augmentait régulièrement et passait ensuite à 38°C. 

Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport :Bravo à Sebastian Vettel qui remporte aujourd’hui une des rares épreuves qui lui avaient échappé à ce jour et à Daniil Kvyat pour son premier podium en F1. Ce Grand Prix de Hongrie aura été un des plus incroyables Grand Prix vus depuis longtemps, avec des stratégies bouleversées par ce Safety Car contraint de faire passer les F1 par les stands pour éviter la piste et par le fait que la course avait débuté par une température très fraîche, en regard de ce que nous avions connu les jours précédents, avant de se réchauffer. La conséquence de cela fut remarquable, puisque certains pilotes réussissaient des performances extraordinaires, saisissant les occasions qui se présentaient en piste les unes après les autres. Les fans et les spectateurs eurent droit à un spectacle absolument haletant qui démontre une fois de plus à quel point ce sport peut être excitant et imprévisible ».
 

CLASSEMENT DU GP D'AUTRICHE  
  PILOTES ECURIES TEMPS
1 S.Vettel Ferrari 1.46.09.985
2 D.Kvyat Infinity Red Bull Racing +15.748
3 D.Ricciardo Red Bull Renault +25.084
4 M.Verstappen STR Renault +44.251
5 F.Alonso McLaren Honda +49.079
6 L.Hamilton Mercedes +52.025
7 R.Grosjean Lotus Mercedes +58.578
8 N.Rosberg Mercedes +58.876
9 J.Button McLaren Honda +1.07.028
10 M.Ericsson Sauber Ferrari +1.09.130
11 F.Nasr Sauber Ferrari +1.13.458
12 F.Massa Williams Mercedes +1.14.278
13 V.Bottas Williams Mercedes +1.20.228
14 P.Maldonado Lotus Mercedes +1.25.142
15 R.Merhi Manor Ferrari +2 tours
16 W.Stevens Manor Ferrari +4 tours
ABANDONS    
  N.Hülkenberg Force India Mercedes  
  S.Perrez Force India Mercedes  
  K. Raïkkönen Ferrari  
  C.Sainz Jr Toro Rosso Renault  
       
       
MEILLEUR TOUR EN COURSE  
T68 D.Ricciardo Red Bull Renault 1:24.821
CLASSEMENT DES PILOTES F1  
Rang Pilotes Points  
1 L.Hamilton 202  
2 N.Rosberg 181  
3 S.Vettel 160  
4 V.Bottas 77  
5 K.Raïkkönen 76  
6 F.Massa 74  
7 D.Ricciardo 51  
8 D.Kvyat 45  
9 N.Hülkenberg 24  
10 R.Grosjean 23  
11 M.Verstappen 22  
12 F.Nasr 16  
13 S.Perez 15  
14 P.Maldonado 12  
15 F.Alonso 11  
16 C.Sainz Jr. 9  
17 J.Button 6  
17 M.Ericsson 6  
       
       
CLASSEMENT DES CONSTRUCTEURS F1  
1 Mercedes 383  
2 Ferrari 236  
3 Williams 151  
4 Red Bull 96  
5 Force India 39  
6 Lotus 35  
7 Toro Rosso 31  
8 Sauber 22  
9 McLaren 17  
10 Manor 0  
Notez



Recherche





le magauto magazine automobile