LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

22/06/2015

Grand Prix d'Autriche

Nico Rosberg, en Patron !

par Raphaël OLIVIER

Spielberg – On aurait pu croire que la messe autrichienne de la F1 était dite dès le samedi. En plaçant sa Mercedes en pole, Hamilton avait virtuellement course gagnée… C'était juste sans compter sur l'énorme potentiel de notre ami Nico, toujours prêt à jouer le meilleur tour à son équipier Lewis. Dès les derniers feux rouges éteints et malgré quelques intimidations viriles du pilote anglais, Rosberg prenait le meilleur.



Nous n'en sommes qu'au début des 71 tours et plus précisément au deuxième virage et le violent accrochage entre Alonso et Raïkkonen aurait pu se terminer tragiquement. La Ferrari du Finlandais harponne la McLaren de l'espagnol et c'est une cabriole infernale que nous offre Alonso dont la voiture se pose à quelques centimètres de la tête du pilote Ferrari… Heureusement plus de peur que de mal, les 2 pilotes sortant sains et saufs de leur monture respective, mutuellement satisfaits de l'état physique de l'autre. Voiture de sécurité oblige, presque 6 tours, histoire de nettoyer un peu la piste et de débarrasser les épaves.
 

La course reprend au T6 et Rosberg en profite pour prendre une distance sécurisante devant Hamilton qui ne s'avoue pas vaincu pour autant. La messe sera dite entre les 2 hommes au T39, lorsqu'Hamilton fera l'erreur de franchir la ligne blanche de la sortie des stands, écopant d'une pénalité symbolique de 5 secondes… sur laquelle certains devront méditer, cette erreur étant généralement plus lourdement sanctionnée par la Direction de Course. Vettel repasse à son tour par les stands pour un changement d'enveloppes et doit faire face à un pistolet récalcitrant avec à la clé, un temps perdu inadmissible dans une écurie aussi performante. Vettel se lancera alors dans une remontée obstinée, dixième après dizième pour se retrouver e, P4 derrière Massa qui n'a aucune intention de laisser sa place sur la troisième marche du podium.

 

Dès lors, ce ne seront plus que des épiphénomènes qui agrémenteront ce Grand Prix avec une série d'abandons hors du commun. En plus de la Ferrari de Raïkkonen et la McLaren d'Alonso, c'est au tour de Stevens et sa Minor, mais aussi de Button sur la seconde McLaren. Triste week-end pour cette écurie qui avait pourtant embarqué de nouvelles évolutions sur les voitures, mais dont les deux voitures étaient pénalisées d'une rétrogradation de 25 places sur la grille à la suite d'un 5ème changement de moteur... Dur, dur! Abandon aussi de Sainz et de sa Toro Rosso et on se retrouve à 14 bolides au T43 après que Romain Grosjean rende à son tour les armes suite à la casse de la boîte de sa Lotus. Colère frustrée de Grosjean qui n'en finit pas d'abandonner et réaction vive du pilote. Les prochains essais privés de cette semaine seront chauds…

 

Tandis que Nasr et Perez se bagarrent pour la P10, Ricciardo et Maldonado se font la pige pour la P8. Devant, Hamilton se rend à la raison et ne prend plus de risques, abandonnant à regret la première place à son équipier. En P3, Massa résiste aux assauts de Vettel et protège ce 1er podium de la saison. Massa a de l'expérience et ne fera aucune erreur de pilotage jusqu'au franchissement du drapeau à damiers.
 
En remportant ce Grand Prix d'Autriche, Nico Rosberg se repositionne non seulement au Championnat du Monde des pilotes (il n'est plus qu'à 10 points de son rival), offre à Mercedes un nouveau doublé qui conforte la position de leader de l'étoile au Championnat des Constructeurs, mais s'impose désormais à l'égal d'Hamilton au sein de cette Ecurie et plus largement au sein du paddock. Contrairement à sa victoire monégasque gagnée sur tapis vert, ici, en Autriche, Nico a gagné en vainqueur… Tout un monde!

L'AVIS DE PIRELLI

Cette entrée en piste du safety car dès les premières secondes du Grand Prix d’Autriche rendait le choix d’une stratégie à un seul arrêt presque obligatoire. Un choix par défaut adopté par la majorité des pilotes qui devaient rouler à faible vitesse durant les quatre premières boucles, avec des charges en carburant maximales.
En dépit de pluies apparaissant en quelques endroits, la course est globalement restée sèche, avec une température ambiante comprise entre 16°C et 18 °C pour une piste fluctuant entre 24°C et 27°C.
A l’exception de Pastor Maldonado, Sergio Perez, Kimi Raikkonen et Daniel Ricciardo, tous les pilotes sont partis en P Zero Rouge supersoft, plus rapides de 0,7 seconde au tour lors des séances d’essais de vendredi et de samedi que le P Zero Jaune soft. Et comme un grand nombre de pilotes s’élançaient depuis des places de grille sans rapport avec leurs niveaux de performance, la plupart d’entre eux adoptaient des stratégies dites « alternatives ». Objectif : profiter  de longs relais pour gagner des places.
Ainsi, Daniel Ricciardo et sa Red Bull roulaient la bagatelle de 50 tours sur ces « soft » chaussés dès le départ. Et en dépit de son départ depuis la 18e place de la grille, il terminait dans les points ! De son côté, la McLaren de  Jenson Button, partie en supersoft, passait des soft dès le 3ème tour, mais devait abandonner avant d’avoir bénéficié de ce choix osé.
Devant eux, Nico Rosberg s’imposait avec autorité, depuis le départ, et devançait Lewis Hamilton durant toute la course. Tous deux avaient adopté la même stratégie pneumatique supersoft-soft et s’étaient arrêtés respectivement aux 38e et 40e tour.
Toutes les équipes rouleront en Autriche mardi et mercredi pour le premier test depuis le début de la saison, avec un grand nombre de 3e pilotes et également des titulaires. Mais contrairement aux années précédentes, il n’y aura pas de journée d’essai dédiée à Pirelli.
Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport: « Nous avions initialement imaginé que qu’une stratégie à un seul arrêt serait plus adaptée, aujourd’hui. Et l’intervention de la safety car l’a rendue presque obligatoire. En dépit des températures fraîches, les pneumatiques Pirelli ont fonctionné à merveille, conformément à nos attentes et les pilotes ont réussi à en extraire toutes les qualités et la performance. »

 

CLASSEMENT DU GP D'AUTRICHE  
  PILOTES ECURIES TEMPS
1 N.Rosberg Mercedes 1:30.16.930
2 L.Hamilton Mercedes +08.800
3 F.Massa Williams Mercedes +17.573
4 S.Vettel Ferrari +18.181
5 V.Bottas Williams Mercedes +53.604
6 N.Hülkenberg Force India Mercedes +64.075
7 P.Maldonado Lotus Mercedes +1 tour
8 M.Verstappen STR Renault +1 tour
9 S.Perez Force India Mercedes +1 tour
10 D.Ricciardo Red Bull Renault +1 tour
11 F.Nasr Sauber Ferrari +1 tour
12 D.Kvyat Infinity Red Bull Racing +1 tour
13 M.Ericsson Sauber Ferrari +2 tours
14 R.Mehri Manor Marussia +3 tours
ABANDONS    
  R.Grosjean Lotus Mercedes  
  C.Sainz STR Renault  
  J.Button McLaren Honda  
  W.Stevens Manor Marussia  
  K.Raïkkonen Ferrari  
  F.Alonso McLaren Honda  
MEILLEUR TOUR EN COURSE  
T35 N.Rosberg Mercedes 1:11.235
CLASSEMENT DES PILOTES F1  
Rang Pilotes Points  
1 L.Hamilton 169  
2 N.Rosberg 159  
3 S.Vettel 120  
4 K.Raïkkonen 72  
5 V.Bottas 67  
6 F.Massa 62  
7 D.Ricciardo 36  
8 D.Kvyat 19  
9 N.Hülkenberg 18  
10 R.Grosjean 17  
11 F.Nasr 16  
12 S.Perez 16  
13 P.Maldonado 12  
14 M.Verstappen 10  
15 C.Sainz 9  
16 M.Ericsson 5  
17 J.Button 4  
CLASSEMENT DES CONSTRUCTEURS F1  
1 Mercedes 328  
2 Ferrari 192  
3 Williams 129  
4 Red Bull 55  
5 Force India 31  
6 Lotus 29  
7 Sauber 21  
8 Toro Rosso 19  
9 McLaren 4  
10 Manor 0  
Notez



Recherche





le magauto magazine automobile