window.fbAsyncInit = function() { FB.init({ appId : '412519962279925', xfbml : true, version : 'v2.4' }); }; (function(d, s, id){ var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/sdk.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));
au fil de l'eau
LE BLOG DE PATRICK RENZI
Document sans nom

 

Bonjour,
Je vous remercie par avance de passer quelques instants sur mon Blog. Indépendant du portail LMA et traitant de tous les sujets sociétaux que nous offre l'actualité, au fil de l'eau est un concentré de mes coups de cœur, parfois, de mes coups de gueule, souvent, face aux différents évènements qui jalonnent notre monde moderne. Ici, la parole n'engage que son auteur et le but est de partager un sentiment à un instant précis. Partagez à votre tour, commentez, aimez, détestez, critiquez…
Cordialement,
Patrick Renzi

 

 

Tous les politiques qui ont déconfiné en mai dernier, envoyant à la morgue des milliers de morts qui n'avaient rien demandé, sont à mon sens de vulgaires assassins qui méritent d'être traduits en justice pour crime contre l'humanité. Dans cette guerre que nous avons engagée, contre notre gré, face au Covid chinois, il faut savoir que ces politiques irresponsables ont opté pour la mort de nos compatriotes pour sauvegarder une économie déjà en berne. C'était et c'est d'ailleurs toujours leur choix. Appuyer sur une gâchette, fût-elle idéologique, économique ou politique, c'est donner la mort. Pire ! Alors qu'en mai dernier, nous avions considérablement enrayé l'épidémie, ils ont décidé de relâcher les efforts de confinement de tout un peuple pour favoriser le tourisme et par voie de conséquence le bien-être des Français.


Assasin !
Je m'imagine en mai 1940 et me demande alors qu'elles étaient les priorités de nos compatriotes ? Le Covid 19 avait alors le nom de Nazisme. Une sorte de saloperie envahissante qui tuait comme aujourd'hui, qui ruinait notre économie, qui occupait notre Pays, qui privait nos libertés. Ces Français de l'époque avaient-ils comme unique but de partir en vacances, d'ouvrir nos magasins, de faire du sport ? Ils géraient au mieux les tickets de rationnement sous le joug de bottes allemandes qu'ils ont eu tant de mal à jeter hors de nos frontières.
Aujourd'hui, nous sommes en guerre et les bottes ont été remplacées par une autre calamité. Et pendant ce temps, les intérêts et profits financiers prennent le pas sur notre santé. Que de décisions assassines ont été prises par l'Élysée ! Bien sûr, il y eut le scandaleux déconfinement de mai dernier, la reprise des classes à une semaine de l'été, et cette fois, ce sont nos jeunes que les scientifiques croyaient invulnérables, qui ont été mis à l'épreuve, enfin le relâchement complet de cet été pour bien brasser la population et faire circuler la sale bête.
Nous étions à deux doigts de juguler partiellement la pandémie. Un temps précieux qui nous mène au vaccin, seule solution pour enrayer le désastre.
Il a fallu que les lobbies se mettent en branle, pleurnichant au chevet du pouvoir qui cumulait les gaffes, que le peuple s'embrase, privilégiant les loisirs et les vacances au détriment de l'isolement salvateur et de la santé publique.
Il fallait juste poursuivre ce qui avait été commencé et non pas redonner pour l'heure aux Français le goût des libertés. Fallait juste avoir le courage. Mais l'Élysée a ouvert les vannes, laissant la porte ouverte à une seconde lame de fond et ses funestes conséquentes. En adoptant cette stupide attitude, l'Etat a envoyé à l'abattoir des milliers de ses sujets. Ces édiles sont des assassins.
A coup d'annonces opportunistes, de saupoudrages à coup de milliards d'euros au gré des mécontentements, un peu ici et beaucoup moins là, au final, tout le monde n'y trouve pas ou plus son compte.
Bien sûr que la pandémie coutera cher à l'arrivée, évidemment que la dette va s'envoler et que le déficit va se creuser. Mais tous les vrais économistes vous diront qu'à l'arrivée, on rincera gratis et que les dettes contractées dans tous les pays du monde seront annulées. Comment pourrait-il en être autrement. Depuis des décennies, les planches à billets s'activent et les réserves compensatrices des ors sont illusoires, fussent-elles de la République.
Profitons de cette situation d'exception pour satisfaire les demandes salariales, à commencer par les personnels soignants, les forces de l'ordre, intégrons tous les militaires et leurs performants équipements. Je pense ici aux hôpitaux militaires de campagne. Et surtout, honorons les engagements de l'Etat quant aux aides et subventions afin que personne n'y laisse de plumes tout en veillant à ce que d'autres ne se remplissent pas les poches.





Notez

Mon Blog

Commentaires (0)

window.fbAsyncInit = function() { FB.init({ appId : '412519962279925', xfbml : true, version : 'v2.4' }); }; (function(d, s, id){ var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/sdk.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));