LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
évasion

27/09/2015

Zilina

A la rencontre de trois rivières

par Patrick RENZI

A quelques grandes encablures des frontières tchèques et polonaises, aux confins des trois rivières que sont Väh, Kysuca et Rajcianka, bordés de quelques massifs montagneux des contreforts des Petites Carpates, nous sommes au nord-ouest de la Slovaquie… plus précisément à Zilina, la quatrième plus grande ville de la République slovaque.



Administrativement, la Slovaquie est divisée en huit Régions et Zilina est la capitale d'une d'entre elles. Les visages de la ville sont multiples, tantôt industriels avec des bâtiments peu accueillants, tantôt touristiques avec des paysages de cartes postales et des monuments somptueux, tantôt médiévaux par le centre historique de la cité, centre essentiellement piéton ou semi piéton et gare à ceux qui franchissent l'interdit. Si, par bonheur, la Police n'est pas là pour vous dresser la contravention qui va bien, les autochtones se chargent de vous faire fuir en vous expliquant vigoureusement certaines règles de vie…

Si l'histoire de ce qui allait devenir la ville de Zilina remonte à 1280, c'est aujourd'hui Kia Motors dont les usines grandioses accompagnées de leurs sous-traitances emploient plusieurs dizaines de milliers de personnes qui participe largement à la croissance et au dynamisme économique de la région. On mesure ici encore plus qu'ailleurs les effets positifs d'une implantation industrielle dans ces pays dits émergents où la main d'œuvre est encore très favorable aux profits des actionnaires de ces groupes à connotation financière. Ceci étant, il est juste de souligner que d'autres entreprises sont installées à Zilina que ce soit dans l'industrie chimique, dans les papeteries, dans les banques…

Un mot sur la Police locale qui dégaine très vite les contre-danses même sans infraction. Le but avéré est d'empocher à l'occasion le billet dont ils auront préalablement fixé la valeur et qui arrondira certains quotidiens. Simple et efficace. Votre serviteur a été soulagé d'un billet de 50 pour un dépassement radar sans objet. Le prix de la liberté et le gain de temps et l'économie de palabres perdues d'avance. Comme quoi, les relans du passé des Pays de l'Est ont la vie dure. Vive l'Europe de Shengen et la libre circulation des personnes. Pas grave au fond, il faut juste se promener avec quelques coupures sur soi. Une habitude, rien de plus.

Le cœur historique de Zilina est magnifique, à commencer par la Place Marian bordée de ses maisons symboliques et ses arcades typiques. Les peintures qui habillent les murs du plus ancien monument qu'est l'Eglise Saint-Etienne sont datées du 13ème siècle. Au gré des espaces piétons du centre ville, une foule de sites architecturaux séduisent le regard des visiteurs.
 
Mais Zilina, bien relayée par des alentours dignes d'intérêt, est aussi un centre culturel, universitaire, institutionnel, thermal et que ce soit au niveau des panoramas que peut offrir l'arrière pays, des transports organisés avec soin, des habitants très souvent accueillants et avenants, chacun pourra y trouver de quoi satisfaire ses attentes.
 

Si l'on peut croiser des immeubles anciens issus d'un autre temps, l'architecture moderne a investi quelques quartiers alors qu'une multitude de boutiques provoque une offre commerciale aussi large que variée. Au niveau de l'habitat, si de vieilles masures trônent en banlieue et des vieux immeubles délabrés, les environs immédiats sont ornés de grandes villas souvent neuves. Le bâtiment va, tout va?
 
Circuler dans la cité est chose facile et l'on croise une foule d'autobus, des tramways, des deux roues en nombre. La population flirte autour des 100000 habitants, mais la ville ne fait pas surchargée. Tiens, le Musée des Arts, une galerie qui date de 1976 et dont les thèmes explosés ont suivi l'évolution politique et culturelle du Pays. Les manifestations sont nombreuses. Au détour d'une place aménagée, nous ne pouvons que succomber devant le charme de Kostol najsvätejšej trojice. La považská galéria regorge de petites merveilles.
 

Nous sommes attirés par ces montagnes qui dominent le bassin et nous ne résistons pas au plaisir d'emprunter les petites routes qui nous mènent vers des villages improbables qui semblent mis à l'écart du tsunami bruxellois. Une fois encore, on remarque le fossé qui existe entre des catégories sociales bien différentes. L'égalité des peuples n'est pas passée par ici.
 

Notez

Tags : zilina

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile