LMA, le portail de l'actualité automobile

édito

02/04/2018

Tous des veaux !


par Patrick RENZI

Au fond nous sommes tous des veaux.... De Gaulle le disait déjà à son époque, il avait bien cerné le potentiel minoré de son peuple et depuis,... rien a changé.... A l'heure où le gouvernement est en passe de nous concocter une limite de vitesse à 80 km/h sur nos routes, personne ne moufte. Tous acceptent comme un seul homme ou une seule femme... Mieux, ce peuple qui voudrait régenter certains pays continue d'acheter des voitures neuves dont il sait pertinemment qu'elles ne respectent pas pour la plupart ni les caractéristiques, ni les consommations qu'elles revendiquent sur les catalogues.



Et malgré cela, vous signez tous et toutes avec empressement les bons de commande qu'on vous soumet. Dans certaines concessions peu recommandables et il en existe bien plus que vous ne croyez, vous acceptez même d'être reçus par des stagiaires démotivés qui ne connaissent rien à rien et dont la passion automobile est digne de leur pois chiche. Ils savent que votre envie d'acheter est plus forte que le montant de la mensualité qu'ils vous calculent habilement, votre envie est orgasmique et vous signez ce putain de bon de commande qui va vous obliger à supporter votre nouveau casson pendant 36 ou 48 mois. Vous le vouliez rouge, on vous refile un gris défiguré, vous le vouliez diesel et on vous dit que désormais l'essence c'est mieux, et enfin on vous colle en prime les frais d'immatriculation, les accessoires qui vont plus ou moins bien, sans compter le délai de livraison... mais j'oubliais, pour satisfaire l'exigence et surtout la commission du vendeur, vous avez accepté l'exemplaire vert à pois bleus qui était dans le hall... pour montrer dès aujourd'hui à la populasse que vous avez réussi socialement votre vie...

Vous n'avez posé aucune question sur le service après vente, les tarifs de l'atelier, le coût des entretiens... l'important, c'est de parader avec votre nouvelle voiture qui aura fait le bonheur des actionnaires de son constructeur souvent étranger. Car bien sûr, on vous a fait une remise aguichante... certes... mais de combien? Certains mandataires avancent des taux inouïs, preuve que la marge est haute. En vérité, les voitures sont surcotées de plus de 40% par rapport à leur valeur réelle, mais les services marketing jouent sur l'envie, le plaisir, la jouissance et... la niaiserie de leurs clients pour faire monter les enchères. Il n'y a qu'à jeter un oeil hors de nos frontières pour s'apercevoir que les tarifs sont tout et n'importe quoi, quasiment à la gueule du client selon qu'il est local ou roumain...

Vous avez peut-être opté pour un constructeur pseudo français, mais votre voiture va probablement venir d'ailleurs et par la même, vous avez trucidé l'emploi de France, alimentant indirectement le Pole Emploi local et permettant ainsi à l'industrie étrangère de bénéficier des largesses et aides gouvernementales françaises. A force de faire et défaire, de délocaliser à outrance pour le bien des actionnaires, de subir l'idiotie syndicale dont les ténors survivent grâce aux bases, la France s'est vidée de sa substantifique moelle, de sa richesse, de ses cerveaux partis là où l'on sait les coucouner. La France n'est plus que l'ombre d'elle même, harassée par des soutiens sociaux distribués à tout va, sans mesure, au delà du raisonnable et à n'importe qui, terrassée par des vagues terroristes qui imposent la loi islamique alors que nos cultures sont autres, engluée dans des politiques sans lendemain, invalidantes, redondantes et ne servant que ceux qui les prônent, perdue dans des conflits extérieurs, alors qu'incapable de faire respecter l'ordre dans nos banlieues, donneuse de leçons de morale à des pays qui se foutent de nous...

En acceptant tout et n'importe quoi, les Français ont perdu la raison, un brin résignés par tant d'efforts manqués et tant d'espoirs déçus par d'éternelles promesses non tenues. Alors qu'elle était une des meilleures et des plus florissantes du monde, l'industrie française automobile est moribonde et ce n'est pas la poudre aux yeux de quelques rapprochements superficiels ou de quelques embauches passagères qui renverseront la vapeur. De l'autre côté du Rhin, les allemands achètent majoritairement allemand et leurs autos sont le plus souvent fabriquées chez eux. La balance commerciale déficitaire de la France impose que les Français se ressaisissent sans délai. Non pas en emmerdant le monde par une grève sporadique et néfaste des cheminots ou celle des pilotes déjà grassement rémunérés, car les responsables qui dictent et dirigent la politique ont les moyens de rouler avec chauffeur ou de louer les avions privés qui vont bien. En traumatisant des millions de familles qui vont se demander chaque matin s'ils peuvent aller bosser, les syndicats se trompent une nouvelle fois de cibles.

En imposant la limitation routière à 80, l'Etat cache son incompétence par une poudre aux yeux sans effet dont le principal atout est de remplir un peu plus les caisses de Bercy en piochant toujours plus dans les poches des Français. Après nous avoir augmenté goulûment le gasoil sans pour autant baisser l'essence, chargé le malus sur les occasions, matraqué les hauts de gamme, accepté les péages délirants, rançonné les PV de stationnement, renforcé les contrôles techniques et j'en oublie, l'addition 2018 sera une des plus salées depuis longtemps. L'automobiliste va tirer une sale gueule quand il verra que ces efforts resteront sans grands effets.

En 2010, Stéphane Hessel publiait son petit mais si intelligent ouvrage "Indignez-vous!".  Huit années plus tard, le moment est venu de nous indigner et de foutre le feu aux institutions qui nous pourrissent la vie. ­

Notez


édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque



presscar magazine automobile