LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

08/01/2015

Smart Fortwo Coupé 90 Proxy

Le joujou des bobos a bien mûri


par Patrick RENZI

Sans pour autant atteindre des sommets, le concept original que l'on doit à Nicolas Hayek, Empereur des montres Swatch, était révolutionnaire. Pas facile pourtant, déjà à l'époque, de s'imposer dès que l'on sort des sentiers tracés. Nous sommes au début des années 90. Peugeot et Renault repoussent le projet en grands visionnaires qu'ils sont et si Volkswagen tente de relever le défi, l'allemand se retire du jeu au profit de l'étoile Mercedes qui misera en investissant dans l'usine française de Hambach en Lorraine.



QUELQUES GENERALITES

Cette face avant a gagné en... épaisseur !
Cette face avant a gagné en... épaisseur !
Malgré des débuts chaotiques et une charge médiatique un brin déplacée (nous n'avons jamais réussi pour ce qui nous concerne à mettre une Smart sur le toit que ce soit en élan ou en évitement...!!!) et 4 milliards d'euros de pertes sèches pour Mercedes, la Smart s'est peu à peu imposée au point de devenir une incontournable référence urbaine BCBG. Smart City dès 1998, Fortwo dès 2002, nouvelle mouture en 2007 et Facelift dès 2012, après 1.5 million de véhicules vendus, elle nous apparait aujourd'hui plus désirable, plus cossue, plus joueuse, bien qu'encore très taquine, un brin insolente.
 

LE TOUR DU PROPRIO

Arrière tronqué, mais d'une élégance affichée.
Arrière tronqué, mais d'une élégance affichée.
Le regard inquisiteur des passants en dit long sur l'impact de la petite Smart dans l'opinion et les questions ne manquent pas lors de nos pauses photos habituelles. Preuve s'il en est que la Smart fait désormais partie intégrante de nos paysages urbains. La réputation de la Baby Smart n'est plus à faire et sa nouvelle bonhomie lui confère une tendresse particulière. Bravo pour le hayon en 2 parties et les bodypanels des portières. Capot rehaussé dont on bannira à jamais ces foutues sangles archaïques, cul ultra court, logo magistral, coloris multiples, calandre nid d'abeilles et optiques joviales, elle a préservé son style extérieur pour mieux exploiter son habitabilité intérieure. La face avant joue les camionneurs: dommage!

 

ESPACE INTERIEUR

Mobilier design et haut en couleurs au demeurant sympathique sur ce type de produit.
Mobilier design et haut en couleurs au demeurant sympathique sur ce type de produit.
Parenthèse en terre connue pour cet habitacle qui a un goût de déjà vue et pour cause. On reprend ici l'essentiel des mobiliers et agencements de la Forfour, elle-même clone nettement améliorée de la future défunte Twingo. Mais la Fortwo n'est pas de celle qui renie. Elle revendique haut et clair son statut de joujou des villes et sa stature de petite bourge. Un tantinet bohème. Du coup, avec le jeu des couleurs, on n'est jamais en décalage et on apprécie la nouvelle position de conduite ainsi que les espaces de rangement multiples. Bon, d'accord, côté coffre, ce n'est pas le Pérou… mais comme personne n'a l'intention d'emmener la belle-mère, cela suffira.


 

ASPECT TECHNIQUE

Probablement le plus gros couac de cette Twingo courte... son capot quincaille et ses attaches très rudimentaires et d'un maniement approximatif. A corriger sans délai.
Probablement le plus gros couac de cette Twingo courte... son capot quincaille et ses attaches très rudimentaires et d'un maniement approximatif. A corriger sans délai.
Contrairement à la Twingo, ici, on ne se demande pas pour quoi le 3 cylindres est à l'arrière. C'était le cas dès le lancement de la Smart dont la vocation n'est pas de cueillir les pâquerettes en haute montagne ou d'avaler des interminables kilomètres de bitume. C'est une voiture de ville qui ne rechigne pas pour autant à aller taquiner certaines périphéries au demeurant pas trop lointaines. Du coup, les effets néfastes de ce tout à l'arrière font moins violence, excepté peut-être pour l'aspect chauffe plat… Ainsi libérée des contraintes de la traction avant, la Fortwo tourne quasiment sur elle-même en affichant son diamètre de braquage de 7.30 m entre murs. D'autre part, la monte pneumatiques mixte (pneus avant plus étroits), le palier supérieur à 3 voies de la nouvelle suspension McPherson avant améliorent confort et comportement routiers. L'essieu arrière DeDion a été remanié. La direction paramétrique à démultiplication variable augmente l'agrément. Mais les ingénieurs ont aussi peaufiné la sécurité active de la ForTwo en intégrant un système de stabilisation en cas de vent latéral, un radar anticollision et un avertisseur de franchissement de ligne. Bien vu!

SUR LA ROUTE

Petit bélo pour la visibilité arrière... regrettable sur un véhicule urbain.
Petit bélo pour la visibilité arrière... regrettable sur un véhicule urbain.
Là, force est de constater que c'est la bonne surprise que de prendre le volant de ce jouet a priori destiné à satisfaire les exigences et contourner les pièges de la mégapole. Petites ruelles, parkings étriquées, angles droits haussmanniens, faufilades nocturnes, premières lignes de feux rouges, disons le tout net: la petite Smart est un pur ravissement surtout si on a pris soin de cocher la case 90 chevaux lors du bon de commande. Certes un peu plus onéreux!, il apporte en prime la bienveillance de son turbo et des 135 Nm que la mécanique envoie à 2500 tr. Dans ce domaine aussi, les progrès et apports technologiques sont appréciables et on mesure le travail des ingénieurs et autres motoristes. Côté boîte, Mercedes a fait confiance à un ensemble mécanique à 5 rapports bien étagés qui seconde parfaitement la puissance délivrée par le 3 cylindres très volontaire. Autre belle surprise, le confort de suspension et le comportement routier qui ont fait l'un et l'autre un sacré bond en avant. Enfin, il y a cet excellent rayon de braquage qui autorise toutes les fantaisies. La consommation à tendance urbaine n'est pas en rapport avec les chiffres normés puisqu'en ville, il faudra titiller les 8 à 9 litres selon que vous avez ou non la douzaine d'œufs sous le pied droit. Haut perché, dominant l'espace routier, on bénéficie d'une visibilité satisfaisante sauf vers le ¾ arrière et on apprécie l'harmonie interne des couleurs offrant une jovialité digne de nos attentes. Une dernière chose… si le Stop&Start pouvait se faire plus discret à la relance….

CONCLUSION

Portière large à l'habillage harmonieux.
Portière large à l'habillage harmonieux.
La version 2.0 de la Smart Fortwo est une réussite. Révolutionnaire à son lancement grâce à la volonté conjointe d'un vendeur de montres un peu fou et d'un constructeur auto aventureux, elle n'en conserve cependant ni l'esprit écolo et encore moins bon marché qui a guidé les tout premiers pas de son illustre géniteur. En fait, la Swatchmobile devenue Smart ne s'adresse pas spécialement aux smicards. D'abord parce que ce n'est pas leur tasse de thé, ensuite parce que la cible historique de cette ultra citadine demeure les bobos des beaux quartiers qu'ils soient parisiens ou pas. Cela n'enlève cependant rien aux qualités intrinsèques de la petite Smart Fortwo pour laquelle il vous faudra malgré tout débourser largement autour de 13000 euros si vous êtes un minimum exigeant en équipements. Un conseil: oubliez le 71 ch trop lymphatique et donc gourmand. Quant aux options, elles vous tendent la main…


 

NOTRE NOTATION

Simili cuir, tissu blanc, inserts bleus... un air de fraicheur plane dans cet espace intérieur accueillant.
Simili cuir, tissu blanc, inserts bleus... un air de fraicheur plane dans cet espace intérieur accueillant.
RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 500 389
EQUIPEMENT 800 447
COMMANDES DIVERSES 300 218
INSTRUMENTATION 400 210
SECURITE 800 640
PERFORMANCES 600 435
CONFORT DE CONDUITE 800 587
COTE PRATIQUE 500 191
COTE TECHNIQUE 800 597
BUDGET ET SAV 500 351
     
TOTAL GENERAL 6000 4065
MOYENNE 20,00 13,55

De jolies jantes alliage 16 pouces à 5 branches doubles bicolores sont de série sur cette finition proxy.
De jolies jantes alliage 16 pouces à 5 branches doubles bicolores sont de série sur cette finition proxy.
NOS COUPS DE COEUR
Concept révolutionnaire
Evolutions salutaires
Maniabilité diabolique
Agilité euphorisante


NOS COUPS DE GUEULE
Absence de boite auto
Relance Stop&Start bruyante
3 cylindres 71 ch à oublier
Consommation urbaine abusive

ETOILES        3                                  COEURS        3.5

FICHE TECHNIQUE

Prix du modèle essayé (€) :  18010
Prix (à partir de/€) :               10700
Puissance fiscale (CV) : 04
Code moteur : NC
Nbre de cylindres/soupapes : 3/12
Carburant : Essence
Cylindrée (cm3) : 898
Alésage/course (mm) : NC
Puissance maxi (ch/tr) : 90/5500
Couple maxi (Nm/tr) : 135/2500
Transmission : AR
Boîte : BVM5
Freins AV : Disques P
Freins AR : Disques P
Diamètre de braquage (m) : 7.30
L / I / h (cm) : 269/166/155
Empattement (cm) : 187
Poids (kg) : 900
Coffre (dm3) :  260/350
Réservoir (L) :  33
Vitesse maxi (km/h) : 155
0 à 100 km/h (s) : 10.4
Rejet CO2 (g/km) : 97
Conso urbaine (L/100 km) : 4.9
Conso extra-urbaine (L/100 km) : 3.7
Conso mixte (L/100 km) : 4.2
Conso de l’essai (L/100 km) : 8.9



 

Notez


au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile