LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
nostalgie

23/05/2016

Renault Rambler

l'étrangère !


par Patrick RENZI

Aujourd'hui, je peux bien vous l'avouer, la Rambler fait partie de ces voitures qui sentent bon le parfum de mes jeunes années, naturellement déjà bien envahies des escapades automobiles plus ou moins lointaines que m'apportaient mes rêves de gosse.



Renault Rambler
L'automobile était déjà partie intégrante de ce monde de môme qui m'habitait et je me souviens encore de cette plaquette publicitaire précieusement subtilisée, qui déclinait l'ensemble de la gamme Renault du début des années 60.

Au milieu de la toute nouvelle 4L et de la prodigieuse R8, je revois encore sur cette grande feuille de papier dépliée, une auto pas comme les autres, un peu comme celle que les américains qui rejoignaient chaque matin le camp de Marville conduisaient quand il passait la frontière franco belge d'Ecouviez…

Bon sang, qu'elles étaient belles ces voitures ! Personne n'y faisait cas ! Je regrette de ne pas en avoir profité davantage. J'avais 7 ans, ceci explique probablement cela…

Une américaine au milieu des Renault : voilà qui intriguait pourtant déjà la petite cervelle de moineau du gamin que j'étais… persuadé que la Régie de l'époque correspondait plus à l'esprit de la 4CV ou de la Dauphine, que de la Rambler…

Renault Rambler
La Rambler… directement venue des usines américaines d'AMC avec qui la Régie entretient des liens plus qu'étroits. Renault a toujours rêvé d'Amérique, mais l'Amérique ne voudra jamais de Renault malgré les mariages plus ou moins de raison qui jalonneront l'histoire de notre losange national.

La Rambler, fruit d'une culture outre atlantique forte où la démesure n'a d'égal que la clinquance des chromes, opportunité pour Renault de trouver dans cette grande berline une remplaçante pour sa Frégate…et de profiter du réseau AMC pour fourguer aux Américains des Renault venues du Vieux Continent… à peu de frais !

Mais plus qu'une simple volonté économique mondialiste, la Rambler restera une énigme malgré des qualités indéniables et une allure princière réelle. La Rambler est élancée, fluide et légère. Une coque auto porteuse, un 6 cylindres en ligne tout alliage, 3.2 litres de cylindrée, 138 ch pour le modèle 62, transmission aux roues arrière, boîte 3 avec overdrive en option, roues indépendantes à l'avant et essieu rigide à l'arrière, freins tambours, grands enjoliveurs chromés et pneus à flancs blancs, même si la Rambler est fabriquée en Belgique, à Vilvoorde pour être précis, elle possède ce parfum US qui lui va si bien. De 1962 à 1967, la Rambler ne fera qu'évoluer comme toutes les américaines qui se respectent.

Chaque millésime voit son lot de mouvances importantes. Augmentation de cylindrée, de puissance fiscale, allongement du véhicule qui dépassera les 5 mètres, nouvelle calandre, tableau de bord modernisé, freins avant à disques, la puissance de la Rambler atteindra 155 ch pour la cuvée 1967 qui sonnera le glas de l'histoire de cette superbe berline dont 4000 exemplaires environ envahiront la France, un peu l'Europe et l'Afrique du Nord.

 

La petite histoire dira que, même le Général de Gaulle dont on savait les inamitiés américaines, n'en voudra pas, préférant à la Rambler ses bonnes vieilles Citroën du Quai de Javel. Pourtant, la Rambler restera à jamais la plus jolie Renault jamais produite.

On aimera ses chromes bien sûr, sa grande banquette avant, le graphisme d'une planche de bord typé, la surface impressionnante de ses vitrages, sa ligne moderne, son allure majestueuse, une voiture de rêve et d'exception pour une époque difficile coincée entre la crise de Suez, la Guerre d'Algérie et mai 68 que la Régie Renault n'a pas su gérer, diffuser, vendre et entretenir dans un réseau dense, mais conservateur.

Trahie par son gabarit, l'excentricité de son 6 cylindres (V8 en option), son allure, la griffe d'un autre monde, la Rambler tirera sa révérence au Salon de l'Auto 1967, elle ne sera plus alors que l'ombre d'elle-même, plus Rambler que Renault.

La Renault 16 essaiera pendant longtemps de compenser les manques d'un haut de gamme dans l'écurie Renault sans jamais pouvoir titiller la concurrence étrangère. Quarante ans plus tard, Renault cherche toujours sa Rambler… !

 
Renault Rambler
Notez

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile