LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

23/06/2016

Renault Megane dCi 130 Intens

Une histoire de grenouille


par Patrick RENZI

Rue du Golf - Trop longtemps englué dans des perspectives écologiques totalitaires, le losange a enfin pris la sage décision de se ressaisir. Loin des stupides Twizy et des Confluence sans avenir, voilà que Renault revient à la raison avec, à la tête du design, un Laurens van der Acker un peu trop accroché à la recette facile du copier coller. Si on veut bien entendre les arguments de la signature et de l'identité visuelles, il serait respectueux pour le client de diversifier les plaisirs. Dedans comme dehors, une Mégane ressemble trop à une Talisman. A moins que ce ne soit l'inverse.



QUELQUES GENERALITES

Une cinquième porte pour faciliter l'usage au quotidien... jusque là, tout va bien. Sera-ce suffisant pour aller taquiner 308 et Golf?
Une cinquième porte pour faciliter l'usage au quotidien... jusque là, tout va bien. Sera-ce suffisant pour aller taquiner 308 et Golf?
A sa sortie, la dynastie Mégane avait révolutionné un segment sclérosé par la production statique qui régnait en ces temps là. Berline tricorps, compacte 5 portes, break, monospace, mais aussi coupé et cabriolet, Renault ne rechignait pas à la tâche et était un acteur majeur de l'industrie automobile. Depuis, certaines choses se sont gâtées et la Mégane a suivi les modes des liftings, des phases 2, des versions à suivre. Toujours plus grande, biscornue ou fade, mais toujours sur les podiums des meilleures ventes face à ses rivales hexagonales et teutonnes. Aujourd'hui, la Mégane signe une nouvelle étape dans sa carrière pour endosser les habits d'une grenouille qui aurait pris un sérieux embonpoint. Plus de coupé, plus de cabriolet, plus de tricorps, juste un monospace qui est dans les starting blocks. L'heure est à la rationalisation des chaines de production, aux économies d'échelle, aux profits des actionnaires. Il faut bien rémunérer le Président.
 

LE TOUR DU PROPRIO

Laurens van der Acker n'a pas eu la main légère au moment de surcharger la face avant de sa Mégane.
Laurens van der Acker n'a pas eu la main légère au moment de surcharger la face avant de sa Mégane.
L'ami Van der Acker n'a pas lésiné sur les coups de serpe, de gouge et les artifices esthétiques foisonnent au point que tout cela me parait bien surchargé. L'ensemble est un tantinet pataud, mais offre une allure statutaire évidente. Signature à outrance lumineuse devant, derrière, le design aurait certainement gagné à plus de légèreté. Elle ne passe pas inaperçue et gare aux remises en état de ces optiques surdimensionnées lors d'un choc si minime soit il. Heureusement, Renault n'a pas sacrifié le hayon comme pour la Talisman. Nous militons pour cette 5ème porte que nous trouvons pratique au quotidien. Dynamique, la nouvelle Mégane a oublié de l'être. Elle mise sur sa présence généreuse, son gabarit de segment supérieur, son allure sans concurrence et ce n'est déjà pas si mal.
 

ESPACE INTERIEUR

La planche de bord n'est pas une réussite esthétique. Au centre, sans pour autant donner le change à la Tesla, l'écran R-Link2 s'impose.
La planche de bord n'est pas une réussite esthétique. Au centre, sans pour autant donner le change à la Tesla, l'écran R-Link2 s'impose.
Gros coup de vent tempétueux dès qu'on franchit le seuil de l'habitacle où l'on est en présence d'un univers épuré, aseptisé, totalement revisité par un esprit un brin futuriste et technologique. Dominée par une tablette R-Link2 multimédia de 8.7 pouces, la planche de bord est simple et le bloc compteurs devant le conducteur n'a rien de mirifique, d'autant que c'est désormais le même sur chacun des modèles de la gamme. Selon les versions et les niveaux de finition, les plastiques gagnent en qualité, en ressenti, en présentation. L'argent fait le bonheur, c'est bien connu. Si on peut regretter certaines fonctions directes désormais perdues dans le dédale de l'afficheur TFT central, on apprécie la qualité des matériaux et surtout les assemblages en net progrès. Et comment ne pas évoquer les sièges dessinés et étudiés avec un soin particulier. Enveloppants, ils maintiennent et accompagnent nos vertèbres avec une célérité appréciée et leur présentation mérite une mention. Bien entendu, et c'est valable aussi bien pour le mobilier que pour les équipements, plus on monte en gamme, plus on pénètre dans un univers raffiné.

ASPECT TECHNIQUE

Le 4 cylindres 1.6 dCi de 130 n'est pas de trop pour emmener les 1318 kg du carrosse. Grâce au diesel, ce sont 320 Nm de couple disponible dès 1750 tr.
Le 4 cylindres 1.6 dCi de 130 n'est pas de trop pour emmener les 1318 kg du carrosse. Grâce au diesel, ce sont 320 Nm de couple disponible dès 1750 tr.
R-Link2, c'est l'intuitivité, la personnalisation, le centre de contrôle, la connectivité et désormais, Renault le sert à toutes les sauces, de la Clio à l'Espace. La technologie est omniprésente et le losange en a fait un argument marketing de premier plan. On peut même personnaliser la conduite et ses effets grâce à Multi-Sense, qui plus est avec les ambiances lumineuses dédiées qui vont bien. On n'arrête pas le progrès. Pas indispensable, mais sympa. Toujours dans le rayon des technologies embarquées, notons en vrac le régulateur adaptatif, le freinage d'urgence, les alertes de franchissement de ligne, de survitesse ou de distance sécurité et j'en passe. Sous le capot, puisqu'il faut un peu évoquer la mécanique, le bloc 4 cylindres 1.6 litre dCi de 130 ch et ses 320 Nm de couple dès 1750 tr, l'ensemble secondé d'une boîte mécanique 6 vitesses pas forcément précise, mais bien étagée. Pour notre part, nous ne pleurons pas sur l'absence de la boite EDC. Sans regret. Mais on garde un gros faible pour le 4-Control hélas réservé à la GT. On ne le dira jamais assez, mais le 4-Control est à coup sûr le meilleur atout des Renault actuelles.

SUR LA ROUTE

Chaque constructeur y va d'une signature lumineuse plus ou moins de bon goût. La Mégane illumine aussi bien sa face avant que sa partie arrière.
Chaque constructeur y va d'une signature lumineuse plus ou moins de bon goût. La Mégane illumine aussi bien sa face avant que sa partie arrière.
Et c'est là que la nouvelle Mégane fait toute la différence et va chercher les meilleures de la catégorie sans aucun complexe. Ici, c'est vrai, force est de constater que si nous ne voyageons plus dans le lowcost et que les tarifs affichés subissent une forte inflation, nous conduisons un modèle bourré de qualités routières naturelles, même si la prise de roulis n'est aujourd'hui plus de mise. Est-ce l'œuvre de son châssis parfaitement réglé, de son équilibre de masse, de sa conception, de ses réglages aux petits oignons? Le travail des ingénieurs offre globalement à la Mégane des prestations de conduite qu'il faut apprécier comme il se doit. Même l'insonorisation est en amélioration. Le confort des sièges, mais plus largement de la suspension permet aux occupants de manger du kilomètre sans fatigue… Pour les passagers arrière, Renault aurait gagné à leur offrir une banquette mieux proportionnée. Le Multi Sense permet de jouer sur la direction, les performances, les sonorités.
 

ON SE RESUME

Voilà l'argument le plus précieux de la nouvelle Mégane: ses sièges avant. Pour la banquette arrière, faudra revoir la profondeur d'assise.
Voilà l'argument le plus précieux de la nouvelle Mégane: ses sièges avant. Pour la banquette arrière, faudra revoir la profondeur d'assise.
Pas encore suffisamment aboutie pour se placer sur la première marche du podium, pas encore assez réactive dès qu'on titille son train avant trop lymphatique, la nouvelle Megane fait cependant un sacré bond en avant et rattrape une bonne partie du retard acculé par Renault dans ses errances passées. Son allure cossue, ses excellents sièges, son confort de suspension exemplaire, ses progrès de fabrication sont autant d'atouts que le réseau ne va pas se priver d'argumenter pour faire face aux assauts d'une 308 aux dents longues, d'une Golf mature et même d'une Astra dont on pense le plus grand bien. Les tarifs culminent dans les parties hautes des grilles, les consommations sont dans les tons, mais c'est la personnalité de la nouvelle Mégane qui fera la différence… ou pas. Quand il débourse 30000 euros et plus, le client commence y regarder de près. Autre carence… la nouvelle Mégane est fabriquée en Espagne et pour l'emploi en France, ça fait tache.

NOTRE NOTATION

Une fois encore, les designers n'ont pas hésité à donner les coups de gouge qui font la différence. A chacun, le droit d'apprécier... ou pas.
Une fois encore, les designers n'ont pas hésité à donner les coups de gouge qui font la différence. A chacun, le droit d'apprécier... ou pas.
RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 500 415
EQUIPEMENT 800 645
COMMANDES DIVERSES 300 231
INSTRUMENTATION 400 302
SECURITE 800 707
PERFORMANCES 600 519
CONFORT DE CONDUITE 800 663
COTE PRATIQUE 500 367
COTE TECHNIQUE 800 604
BUDGET ET SAV 500 398
     
TOTAL GENERAL 6000 4851
MOYENNE 20,00 16.17

Si le volume du coffre est dans le ton, son seuil de chargement est bien trop haut.
Si le volume du coffre est dans le ton, son seuil de chargement est bien trop haut.
NOS COUPS DE COEUR
Design statutaire
Confort de suspension
Technologie embarquée
Equipement Bose

NOS COUPS DE GUEULE
Esthétique surchargée et commune
Planche de bord épurée
Fabrication Espagne
Train avant paresseux

ETOILES        *****
COEURS         ♥♥♥♥

Plus moche que ce compteur, on meurt. Pourquoi ne pas avoir confier ses instrumentations à un affichage numérique?
Plus moche que ce compteur, on meurt. Pourquoi ne pas avoir confier ses instrumentations à un affichage numérique?
Prix du modèle essayé (€) : 32720
Prix (à partir de/€) :              20690
Puissance fiscale (CV) : 05
Nbre de cylindres/soupapes : 4/16
Carburant : GO
Cylindrée (cm3) : 1598
Alésage/course (mm) : 80.0x79.5
Puissance maxi (ch/tr) : 130/4000
Couple maxi (Nm/tr) : 320/1750
Transmission : AV
Boîte : BVM6
Freins AV : Disques V
Freins AR : Disques P
Diamètre de braquage (m) : 11.80
Long/Larg/Hauteur (cm) : 435/181/144
Empattement (m) : 266
Poids (kg) : 1318
Coffre (L) : 384/1247
Réservoir (L) : 47
Vitesse maxi (km/h) : 198
0 à 100 km/h (s) : 10.0
Rejet CO2 (g/km) : 103
Conso urbaine (L/100 km) : 4.7
Conso extra-urbaine (L/100 km) : 3.6
Conso mixte (L/100 km) : 4.0
Conso de l’essai (L/100 km) : 6.9

Notez

Tags : megane

au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile