LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

30/05/2015

Renault Kadjar 1.2 TCe 130 Intens

Trop tard !


par Raphaël OLIVIER

Longtemps créateur d'automobiles et novateur avisé, Renault n'est plus que l'ombre de lui-même. S'étant fourvoyé à grands coups de dollars sous l'impulsion irresponsable du Président Ghosn, dans la nébuleuse invalidante du tout électrique, le losange peine à faire ses retards. L'arrivée du bouillonnant et torturé néerlandais Laurens van den Acker au style immanquable et la banque d'organes conséquente de l'Alliance permettent à Renault de compenser partiellement. Porté sur la vague du Captur, voici que Renault récidive avec un Kadjar qui arrive un peu tard sur un marché déjà fourni. On se souvient du déplorable Samsung Koléos dont nous avions prédit l'insuccès et que Renault peine aujourd'hui à brader les derniers modèles qui hantent encore les parcs.



QUELQUES GENERALITES

Tout le génie de Laurence van der Acker, donner l'illusion du futur en puisant dans le présent.
Tout le génie de Laurence van der Acker, donner l'illusion du futur en puisant dans le présent.
Faire du neuf avec du vieux, histoire de faire quelques substantielles économies. Pour faire simple , le Kadjar est un assemblage entre une plateforme de Qashqai déjà reprise sur l'Espace V et des organes mécaniques puisés ici ou là. Le reste n'est que philosophie, priorités et tendances, histoire de faire illusion. Histoire aussi de combler les nombreuses failles d'un catalogue produits qui fait peine à voir. Hormis le Captur, pas facile pour le réseau de vendre du Renault aujourd'hui. Mauvaise passe. Bienvenue au Kadjar Canada Dry…
 

LE TOUR DU PROPRIO

Des allures de Clio IV bodybuildée et au final, une ligne qui séduit.
Des allures de Clio IV bodybuildée et au final, une ligne qui séduit.
Le Kadjar s'affiche comme un crossover des villes ou un SUV des champs. Joliment griffonné, il ne renie pas son losange, son style et l'ensemble dénote une certaine volonté de bien faire. La face avant maison est de bon ton (on a enfin remis au placard ces fichues barrettes odieuses de leds) et la poupe très Clio IV est bien née. Bien proportionné, il offre une surface vitrée latérale élancée qui conforte le pouvoir de séduction du Kadjar savamment entretenu par les artifices chers aux bobos des cités dont les élargisseurs d'ailes noirs ou les barres de toit alu… On n'attrape pas les mouches qu'avec du vinaigre…


 

ESPACE INTERIEUR

Un clin d'oeil à la 3008, une planche de bord ordinaire, mais un écran TFT personnalisable derrière le volant du plus bel effet.
Un clin d'oeil à la 3008, une planche de bord ordinaire, mais un écran TFT personnalisable derrière le volant du plus bel effet.
La cible ouvertement affichée est la 3008 qui n'a pourtant rien à craindre. Dans cet esprit, Renault a tenté de soigner pour une fois son intérieur en améliorant assemblages et finitions et en optant pour des matériaux plus dignes que ceux présents dans le Captur dont les clients ne sont vraiment pas regardants. Sans atteindre des sommets, il est de bon ton de saluer les efforts qui permettent enfin de servir honorablement le client. Si la planche de bord n'a rien de folichonne, une mention bien est à décerner à l'écran TFT personnalisable, joli clin d'œil à certaines très anciennes finitions Electronic, mention aussi aux sièges avant bien dessinés et très confortables ainsi qu'au toit vitré XXL sans traverse (600 euros tout de même). La banquette arrière n'offre pas le même accueil, surtout sur sa partie centrale, où c'est l'enfer et on dénote encore ici et là de très vilains plastiques indignes.
 

ASPECT TECHNIQUE

Machine à tout faire et technologie de pointe, le nouveau système R-Link 2 participe gaillardement à la gestion de la plupart des fonctions du Kadjar. Petite formation utile, car côté intuitif optionnel pour le quidam.
Machine à tout faire et technologie de pointe, le nouveau système R-Link 2 participe gaillardement à la gestion de la plupart des fonctions du Kadjar. Petite formation utile, car côté intuitif optionnel pour le quidam.
Le Kadjar est disponible en 2 roues motrices intégrant l'Extended Grip pour une meilleure adhérence ou en transmission intégrale débrayable (+100 kg sur la balance). Nissan maitrisant le sujet, aucune crainte sur le point. Navigation, téléphonie, radio, applications diverses, R-Link 2 s'affiche ici sous une nouvelle version plus riche, plus complète. Attention, certains abonnements peuvent se révéler onéreux à l'usage… Connecté, d'accord, mais le Kadjar a ses limites…Mais globalement, après une mise en mains un peu longuette, il faut donner quitus aux prestations de R-Link 2 qui gère aussi le freinage actif d'urgence, l'alerte de franchissement de ligne, l'avertisseur d'angle mort, l'Easy Park Assist, l'aide au stationnement, la caméra de recul…et j'en passe. Hélas, les choses se gâtent sous le capot qui n'offre qu'un ridicule petit TCe 1.2 litre qui ne pousse que 130 petits chevaux apathiques. Dommage.
 

SUR LA ROUTE

Sous l'immense toit vitré sans traverse, un habitable lumineux et des sièges avant particulièrement bien dessinés.
Sous l'immense toit vitré sans traverse, un habitable lumineux et des sièges avant particulièrement bien dessinés.
La mode est au downsizing  et l'usage de ces petites cylindrées n'est qu'illusion. Une fois encore, ce sera le cas avec ce Kadjar qu'il faut relancer à longueur de temps. La boîte mécanique 6 rapports beaucoup trop longue est trop souvent sollicitée. Evidemment sur le papier, ça fait bien: 126g de CO², 5.6 litres en moyenne mixte, c'est la fête. Sauf que dans la vraie vie, il faudra compter près de 10 litres de conso et un plaisir de conduire très relatif. Et c'est d'autant plus dommageable, qu'hormis un roulis vraiment excessif et mal maitrisé, le confort de conduite est réel, l'équipement satisfaisant, le volume et la modularité du coffre bien vus, l'espace intérieur agréable. Mais franchement, ce moteur est à mettre aux oubliettes.  Enfin, ne comptez pas butiner hors des sentiers rebattus, le Kadjar affiche vite ses limites.
 

CONCLUSION

Ici, l'espace ne manque pas, mais ayez pitié pour celui ou celle qui voyagera à la place centrale...
Ici, l'espace ne manque pas, mais ayez pitié pour celui ou celle qui voyagera à la place centrale...
On ne soulignera jamais assez que Renault, constructeur automobile français, ne participe aucunement à la résorption du chômage en France alors que ce devrait être une priorité, ne serait-ce que par la présence de l'actionnaire Etat pour 15 points. Une fois encore le Kadjar est fabriqué hors de nos frontières, ce qui est scandaleux. Chaque achat de Kadjar grèvera notre balance extérieure. A chacun de voir où sont les priorités. Mais par les temps de crise que nous traversons, je ne vois aucun intérêt à favoriser l'industrie espagnole au détriment de la nôtre. Il faudra peut-être, un jour, arrêter de scier la branche sur laquelle nous sommes assis. D'autant, que le Kadjar n'est pas une référence dans son domaine. Outre le fait qu'il arrive trop tard sur le segment, il n'apporte rien de plus, si ce n'est un confort globalement agréable au prix d'un roulis d'un autre temps, d'une consommation éhontée, d'un moteur déficient et d'un prix de vente arrogant. Rendez-vous compte… autour de 30000 euros, 200000 de nos anciens francs… pour un Kadjar… on croit rêver… Et quitte à acheter à l'étranger, autant s'offrir un Q3 de quelques mois…gagnant sur toute la ligne, y compris à la revente.




 

NOTRE NOTATION

RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 500 434
EQUIPEMENT 800 672
COMMANDES DIVERSES 300 232
INSTRUMENTATION 400 347
SECURITE 800 699
PERFORMANCES 600 371
CONFORT DE CONDUITE 800 644
COTE PRATIQUE 500 391
COTE TECHNIQUE 800 655
BUDGET ET SAV 500 364
     
TOTAL GENERAL 6000 4809
MOYENNE 20,00 16,03
La boîte mécanique 6 rapports est longue, pas toujours très précise, mais elle fait son possible pour compenser les déficiences du groupe moteur anémique.
La boîte mécanique 6 rapports est longue, pas toujours très précise, mais elle fait son possible pour compenser les déficiences du groupe moteur anémique.

Adieu les barrettes pourries et vieillottes de leds de chez Feu Vert ou d'ailleurs... Cette fois, une Renault affiche dignement sa signature lumineuse.
Adieu les barrettes pourries et vieillottes de leds de chez Feu Vert ou d'ailleurs... Cette fois, une Renault affiche dignement sa signature lumineuse.
NOS COUPS DE COEUR
Ligne agréable
Confort de suspension
Insonorisation soignée
Bonne habitabilité

NOS COUPS DE GUEULE
Moteur à bannir
Consommation invétérée
Fabrication étrangère
Tarif éhonté

ETOILES        3.0                      COEURS        3.5

FICHE TECHNIQUE

Prix du modèle essayé (€) :  30040
Prix (à partir de/€) :               22990
Puissance fiscale (CV) : 08
Code moteur : NC
Nbre de cylindres/soupapes : 4/16
Carburant : SP98/E10
Cylindrée (cm3) : 1197
Alésage/course (mm) : 72.2x73.1
Puissance maxi (ch/tr) : 130/5500
Couple maxi (Nm/tr) : 205/2000
Transmission : AV
Boîte : BVM6
Freins AV : Disques V
Freins AR : Disques P
Diamètre de braquage (m) : 10.72
L / I / h (cm) : 448/184/160
Empattement (cm) : 288
Poids (kg) : 1320
Coffre (dm3) :  472/1478
Réservoir (L) :  55
Vitesse maxi (km/h) : 192
0 à 100 km/h (s) : 10.1
Rejet CO2 (g/km) : 126
Conso urbaine (L/100 km) : 6.8
Conso extra-urbaine (L/100 km) : 4.9
Conso mixte (L/100 km) : 5.6
Conso de l’essai (L/100 km) : 9.7
 
Comme le Kadjar est bien insonorisé et que le moteur délivre son peu de puissance dans un silence appréciable, chacun peut apprécier la qualité de l'équipement Bose.
Comme le Kadjar est bien insonorisé et que le moteur délivre son peu de puissance dans un silence appréciable, chacun peut apprécier la qualité de l'équipement Bose.

Photos Jean-Brice LEMAL

Notez

Tags : kadjar

au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile