LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
éco green
10/07/2015

R 240

Le défi de Carlos

par Patrick RENZI

Ce n'est un secret pour personne. Nous ne sommes pas des grands fans du tout élec et nos récents propos à l'encontre de notre losange national n'ont pas été des plus flatteurs. Divergences de vues et d'approche de la voiture de demain. Liberté de ton oblige.



La main de l'homme a encore de quoi faire sur cette chaine d'assemblage.
La main de l'homme a encore de quoi faire sur cette chaine d'assemblage.
D'un coté, l'obstination ZE au prix d'un sacrifice sans appel de la gamme Renault et d'un investissement gargantuesque de plus de 4 milliards d'euros, de l'autre, un regard bienveillant sur la transition hybride en attendant que les pouvoirs publics retrouvent, un jour lointain peut-être, suffisamment de budget pour équiper le réseau routier en bornes de recharge actuellement plus que sporadiques…
 
Des divergences qui ne sont pas pour autant synonymes d'œillères bêtes et stupides. Nous sommes très attentifs et intéressés au phénomène ZE et en particulier à son point noir, l'autonomie… Cela fait des décennies que nous cherchons à stocker l'énergie électrique… sans grand succès… 1898… la Jamais Contente… déjà!
 

Alors on a dit: "le bleu avec le bleu, le rouge avec le rouge..."
Alors on a dit: "le bleu avec le bleu, le rouge avec le rouge..."
En fait, tout est, comme toujours, une affaire de moyens. Tesla a résolu le problème… mais les prix sont plus que conséquents. Chez Renault, on mise sur le compromis en partant du principe que la plupart des clients ciblés n'utilisent leur "seconde voiture" que sur 80 km journaliers… Quant aux utilitaires qui sont le cœur de cible du losange (du moins pour le moment), l'autonomie actuelle est quasi suffisante. Alors, où est le problème?
 
Dans les recharges, à n'en point douter. Dans l'incertitude, la crainte, l'angoisse, la peur des clients qui voudraient bien, mais n'osent pas. Dans l'offre aussi actuellement limitée à l'Alliance Renault Nissan ou presque. Dans le prix aussi malgré les aides étatiques, un véhicule tout électrique reste cher, trop cher.
 

Renault a fait le choix des rotors bobinés pour éviter le recours aux Terres rares.
Renault a fait le choix des rotors bobinés pour éviter le recours aux Terres rares.
R240… cela pourrait ressembler à un code secret, un brevet, une relique de guerre froide… Bond serait-il de retour? R240, plus sérieusement… nous voici projetés à Cléon, dans une des plus anciennes usines Renault. Cléon, c'est l'antre des moteurs depuis… 1958. Une paille! Plus d'un million de moteurs et boîtes de vitesses essentiellement destinés à l'Alliance Renault Nissan, près de 15000 tonnes de pièces en aluminium coulées, 3800 salariés, 135 lignes de production…. Et dans un des bâtiments restructurés pour l'occasion, une ligne très spéciale… celle du tout nouveau moteur électrique, celui qui trônera désormais sous le capot des Zoé, un moteur 100% Renault, 100% électrique. R240… pour un ensemble moteur-batterie qui devrait autoriser une autonomie théorique de… 240 km, soit une trentaine de km de gagnés, 15% de plus, c'est toujours ça de pris, d'autant que la taille du bloc a réduit au lavage! de 10% et que le temps de charge a lui aussi gagné 10 points... tout cela mérite d'y jeter le bon oeil....
 

Des hommes... et des femmes qui ont bénéficié au total de plus de 6000 heures de formation.
Des hommes... et des femmes qui ont bénéficié au total de plus de 6000 heures de formation.
On le sait, Renault ne mégote pas sur les moyens et, dans le cadre du plan annoncé, une centaine d'embauches sur les 1000 prévues dont 500 en France, est dédiée au lancement du nouveau moteur, 6000 heures de formation ont été dispensées en vue de son industrialisation, sans compter les 50 millions d'investissements sur les 300 budgétés.
 
Pour l'heure et dans l'attente de cadences plus soutenues, tout cela fait un peu artisanal et la présence humaine est intense, mais force est de constater que ce moteur est technologiquement abouti. Sur le papier un groupe élec, c'est simple… Une électronique de puissance dont la production est très minutieuse, un rotor et un stator dont les bobinages ont bénéficié de l'expertise d'entreprises locales et enfin d'un réducteur. Point.
 

Une fois tout assemblé, le R240 ressemble à ça. Plus court, plus léger et moins gourmand que la version précédente.
Une fois tout assemblé, le R240 ressemble à ça. Plus court, plus léger et moins gourmand que la version précédente.
Mais Renault a corsé le challenge en refusant l'aimant qui nécessite le recours aux Terres rares avec tous les désagréments et désordres que cela impliquent. Ici, le rotor est bobiné, un process innovant pour Renault. Un choix qui va permettre à Zoé d'effacer une partie de ses carences passées tant au niveau performance qu'autonomie. Un choix qui va aussi permettre à Renault d'envisager la production de moteurs électriques de dimensions diverses. Ici, plus qu'ailleurs, l'avenir est devant…
 
Et puis viennent les phases d'assemblage entre le carter moteur et le stator bobiné et les phases de tests, à vide et sur banc dynamique. Enfin, tout ce petit monde sera assemblé au final (PEC pour Power Electronic Control, le réducteur, une sorte de mini boîte de vitesses simplifiée et le moteur électrique (carter, rotor et stator) pour donner naissance au GMPE pour Groupe moto-propulseur électrique qui ira se nicher sur une future Zoé que nous n'avons malheureusement pas pu tester. Dommage.
 

C'est la Zoé qui reçoit en priorité ce R240 sous son capot. Cela sera-t-il suffisant pour lever les a priori des clients?
C'est la Zoé qui reçoit en priorité ce R240 sous son capot. Cela sera-t-il suffisant pour lever les a priori des clients?
En conclusion, Renault ne lâche rien sur l'esprit ZE. Le R240 sera fabriqué sur la base d'une cadence de 50000 unités/an, une cadence qui pourra doubler sur le terme. Reste que pour vendre ces dizaines de milliers de Zoé ailleurs que dans les flottes et les administrations, l'implantation d'un vrai réseau de bornes de recharge ultra rapide doit être une priorité. Les tarifs finalisés ne devront pas dépasser 20000 euros, batterie fournie et garantie. Maintenant que le produit a de sérieux atouts, il doit pouvoir exister autrement que de manière confidentielle… Dis, M'sieur Carlos, tu crois que tu vas réussir ce défi?
 

Notez




Dans la même rubrique :

MIA - 28/05/2015

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile