LMA, le portail de l'actualité automobile

édito

18/02/2015

Plus belle la vie !


par Patrick RENZI

Pour se faire mousser, vendre du papier ou faire exploser l'audimat, la plupart des medias pleurniche du matin au soir, inondant les ondes, les écrans et feu le papier des larmes opportunes de la détresse humaine… La crise, Charlie, les déboires de DSK, les coucheries du Président, tout est bon pour faire vibrer la corde sensible des lecteurs, auditeurs, téléspectateurs ébahis par tant de drames dont on peut légitimement se poser la portée philosophique.



Du haut de cette pyramide, des milliers de truands vous contemplent...
Du haut de cette pyramide, des milliers de truands vous contemplent...
Car si l'on se fout pas mal des frasques strauss-kahniennes ou des spasmes phalliques présidentiels, force est de constater qu'il n'y a pas plus de crise qui vaille que de temps à perdre. La crise est la plus belle arnaque des bandes organisées des financiers du monde qui ont vu là, l'occasion de jeter le voile trouble sur les transactions nébuleuses dont ils ont le secret. Tout cela sur le dos des petites mains et autres nouveaux pauvres qui n'en demandaient pas temps et à qui l'on fait prendre des vessies pour des lanternes depuis longtemps déjà.

Je sais, la critique est aisée et l'art difficile… Mais au moment où l'on se plait à évoquer nos industries flageolantes et nos économies moribondes, voilà que les constructeurs se fendent de chiffres 2014 nettement en hausse. Jamais le monde automobile, qu'il soit neuf ou occasion, n'a vendu autant de voitures depuis 2008. Vous savez, les fameuses subprimes dont les seules victimes restent les emprunteurs?... Progression sensible des productions, des immatriculations, des chiffres d'affaires, la vie est belle.
Renault, Peugeot, Citroën, mais aussi Ford, Opel et tous les autres... dégainent à grands coups de communiqués élogieux des chiffres plus que prometteurs. Tout le monde va bien, merci pour eux. A tel point que commencent à ressurgir, quelques velléités bien osées de hausses tarifaires  que l'on avait rangées au placard depuis plusieurs années. Signe que les voyants n'ont jamais été si rouges qu'on veut bien le prétendre et que le vert est allumé… La crise en question n'est que le reflet de grossières erreurs de gestion de la part de décideurs qui n'avaient qu'une compétence bien relative.

Cela n'a pas empêché les licenciements, les fermetures d'usine et tant d'autres méfaits des puissances de ce qu'il est convenu d'appeler "La Finance'. Mais détrompez-vous! Pas parce que les ventes étaient en berne? Pas parce que les pouvoirs d'achat titillaient les caniveaux! Non, juste, parce qu'ailleurs, c'est mieux qu'ici! Ailleurs, les syndicats n'existent pas et personne n'y réclame le superflu du minimum… Ailleurs, les charges patronales n'étranglent pas les chefs d'entreprise au point de mettre sous la porte, les clés de centaines de PME PME et autres surfaces de vente. Ailleurs, les ouvriers n'ont rien à béqueter et sont obligés de bosser des heures et des heures pour simplement survivre, même le dimanche. Ailleurs, les financiers ont tout loisir de presser les fruits et laisser les pépins. Ailleurs, la fraude est légitime et les profits peuvent rejoindre sans contrôle les plus édéniques paradis fiscaux. Bref, ailleurs, le vivre meilleur engloutit le mal être et la mal bouffe. Ailleurs, les pauvres crèvent en paix dans l'indifférence la plus totale. Loin… très loin…

Après avoir viré et jeté à Pole Emploi des wagons d'ouvriers et autres collaborateurs, Renault se donne bonne conscience en promettant l'embauche de 100 CDI! La belle affaire! Pas de quoi fouetter une chatte… même en chaleur! Si Renault peut avancer un retour aux bénéfices l'an passé, c'est uniquement grâce à Dacia dont les importations grèvent notre balance commerciale. Vive la Roumanie. Pour sa part, PSA a fermé Aulnay, mais n'a pas hésité à investir dans les pays dits émergents. L'Elysée Matignon préfère payer le chômage plutôt que d'œuvrer sérieusement à la relocalisation des sites de production. Payer le chômage et faire gonfler cette putain de dette artificielle dont on sait tous et toutes qu'elle ne sera jamais payée, ni par les Français, ni par les grecs, ni par d'autres… Un jour, le plus tard possible, un crack boursier mettra tout le monde d'accord. En attendant, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… elle est pas belle, la vie?
 

Notez


édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile