LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
reportages

02/10/2016

Mondial Auto 2016

au hasard de quelques allées

par Patrick RENZI - Photos Pierre LOURRY

Paris - Tous les deux ans, la grande messe de l'automobile élit domicile dans les hangars en sursis de la Porte de Versailles. Pendant 16 jours, après les 10000 plus ou moins journalistes venus de 100 pays et autant de VIP plus ou moins motivés, c'est au tour des curieux, fanatiques, clients et j'en passe de venir faire le beau devant la voiture de leurs rêves, le stand de leur marque de coeur, l'hôtesse aux galbes avantageux... Cette année, quelques constructeurs comme Volvo, Ford et quelques autres, ont fait l'impasse parisienne en boudant ce salon... Le début de la fin ?



Je vais bien, tout va bien...

Malgré les couleuvres que certains veulent nous faire avaler, l'industrie automobile a retrouvé sa vigueur d'antan et les ventes sont en hausse, atteignant des sommets. Preuve que l'auto demeure une priorité dans l'esprit des gens, preuve aussi que l'on n'est pas prêt de se priver de cette merveilleuse invention qui a offert à l'Homme la liberté, l'autonomie, l'indépendance, mais aussi l'occasion d'élargir son horizon. Les constructeurs français sont à la fête et leur légendaire présence dans le Hall 1 rassemble cette année quelques vraies nouveautés dont on peut regretter pour certaines leur déjà présence en réseau. Aux côtés des incontournables concept-cars ressemblant plus à des essais stylistiques, des vitrines de haute technologie, des tests visiteurs que de réelles projections sur l'avenir, les stands mettent en valeur les dernières progénitures tricolores.

Entre concept-cars et SUV

Exit Dezir chez le losange remplacé plus ou moins avantageusement par TreZor qui laisse perplexe pour un constructeur incapable de nous gratifier d'un haut de gamme. Heureusement pour Renault, Clio, Mégane, Scénic et Talisman font le job et tiennent la corde. Dommage qu'une fois de plus, Alpine soit aux abonnés absents, ce qui nous confirme un peu plus l'aspect arlésienne du mythe. Un peu moins fantaisiste que TreZor, quoique, les chevrons affichent C-Xperience aux côtés de la nouvelle et fantasque C3 et des excellents C4 et Grand C4 Picasso et du côté Peugeot, c'est Fractale qui tente le forcing aux côtés des nouveaux 3008 et 5008 dont on se demande pourquoi le lion a-t-il économisé une nouvelle appellation genre 3009 et 5009 puisque les grands penseurs de la maison Peugeot ont délibérément tourné le dos aux monospaces pour tenter une percée tardive dans le monde porteur des SUV. Ridicule, comme l'ont été le divorce Pininfarina lors du 407 Coupé, le refus de l'Espace qui a fait les beaux jours de Renault, le faux mariage avec Mitsubishi, l'arrêt du RCZ et la liste est longue des incohérences visionnaires du lion ex sochalien.
 

La Tour d'ivoire

Grâce au sable des déserts, une impressionnante DKR à la nouvelle sauce 3008 rappellera bien de bons souvenirs à tous les nostalgiques des 205 T16... On aurait pu penser que l'arrivée de Carlos Tavarès aux commandes allait humaniser un tantinet le conservatisme léthargique de la marque. On peut penser qu'une fois parvenu au sommet de la Tour d'ivoire, notre homme se soit perdu dans les dédales de son pouvoir naissant. Heureusement pour la 3ème désormais marque du groupe PSA, le stand design BCBG de DS abrite trop d'anciens modèles longtemps griffés Citroën... Pour se démarquer, il y a meilleure communication que de faire du neuf avec du très vieux et surtout du déjà vu! La vaseline est-elle fournie avec les voitures livrées?
 

On nous ment

Comme à son habitude, le Groupe Volkswagen est venu en force, comme si le scandale DieselGate n'avait aucune prise sur cette institution teutonne. Insolence est le maître mot. Déferlante est une réalité. Débauche de moyens et de fastes reste le symbole de l'arrogance et de l'appétit sans faim de ce géant germanique dont les marques demeurent à la une des préférences clients. Allez comprendre pourquoi? Audi, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche, Seat, Škoda, Volkswagen, n'en jetez plus, la cour est pleine! Contrairement aux clients américains, les français ayant succombé au charme dépravé et mensonger des montures du Groupe VW ne pourront rien percevoir en compensation. Et c'est là le vrai scandale ! VW France n'assume pas ses responsabilités. Et le silence entretenu est une insulte à l'égard du client.

La puissance teutonne

Mais chez VW plus qu'ailleurs, dans un large esprit d'éventail et d'arrogante débauche de puissance, tous les courants se côtoient en harmonie. Contrairement à l'industrie automobile française ou ce qu'il en reste, la production VW touche tous les segments, du plus humble au plus luxueux, du plus utile au plus fastueux, du plus économique au plus onéreux, du plus gourmand au plus écologique, de la mini citadine à la grande limousine, du SUV à la GT, de l'essence au gasoil en passant par l'hybridation ou le tout électrique. Rien ne manque au coeur des différents catalogues de ce Groupe dont on se demande encore pourquoi il survit malgré tout, quelles sont ses protections ?
 
Sur le Mondial, le Groupe affiche une santé de fer et une vision de l'avenir concrète, à commencer par le concept ID qui en dit long sur les intentions de VW. Pour mémoire, les focus s'appellent Audi Q2 et Q5, Seat Ateca, Skoda Kodiaq sans oublier chez Porsche une Panamera 4 E-Hybrid pas piquée des hannetons. Bentley, Lambo et Bug avaient décliné l'invitation parisienne jugeant probablement que le Mondial n'était pas un écrin assez somptueux pour ces griffes de luxe.

Made in France

Puisqu'on est dans numéro 1 mondiaux, le japonais Toyota a bien du mal de maintenir à flot une ambition internationale et ses dirigeants digèrent pas certaines défaites, au point d'en oublier certaines valeurs morales, comme la reconnaissance. Trop loin des préoccupations de terrain du réseau et de ses prospects, l'offre produit se concentre surtout autour des solutions hybrides de plus en plus dépassées. Yaris, la plus française des nippones est fabriquée à Valenciennes et Toyota joue la carte du Made in France sans vergogne. Un comble quand on sait que nos porteurs d'eau français fabriquent ailleurs pour l'essentiel de leur production. Le monde à l'envers que l'on paie cash chaque mois, quand la courbe du chômage contrarie quelques ambitions politiques de haut vol. 2017 sera une grande année... ou pas... du moins pour certains !
 

Une Smart Série 7

Et puisque nous évoquons le Pays du Soleil Levant, comment ne pas jeter un oeil avisé chez Honda, sur la redoutable Type R fer de lance de la controversée Civic, sur la fabuleuse NSX qui rappellera d'excellents moments exclusifs à certains, chez Mitsubishi où l'affreux GT-PHEV a du mal de faire oublier l'offre désormais minimaliste du constructeur, chez Subaru, où ça?, ah oui! le BRZ?, chez nos amis de Suzuki décidément en verve et qui propose enfin une Ignis plus acceptable.
 
Retour furtif en Allemagne où Opel n'a pas grand chose à proposer si ce n'est quelques légers restylages sans ambition et une Ampera-e qui ne pourra que faire mieux que son ancêtre. Pour leur part, BMW et Mercedes poursuivent une guerre de tranchée commencée au siècle dernier. Aujourd'hui devenus l'un et l'autre des généralistes étendus, leurs offres pour onéreuses qu'elles soient, ne sont pas toujours à la hauteur de leur réputation. Il est vrai que lorsqu'on distribue des Smart Twingo, on a quelques difficultés à plaider pour faire venir dans les showrooms des aspirants aux Classe S et autres GTR... De son côté, le bavarois BMW se perd en conjonctures, déclinent sans raison et les dernières nouveautés du style X2 ne feront pas jaser dans les chaumières.

Entre luxe et prestige

Si beaucoup de visiteurs viennent au Mondial en clients potentiels, en quête de documentations utiles, de remises élogieuses, les fanatiques et autres passionnés passeront des heures devant les marques prestigieuses, vous savez, celles qui font rêver et que beaucoup ne pourront ni conduire, encore moins acheter.
 
La nouvelle répartition des richesses mondiales a accouché de nombreux milliardaires qui ne savent plus que faire de leurs pactoles gagnés plus ou moins vertueusement au hasard de spéculations hasardeuses. L'industrie du luxe se porte à merveille et celle de l'automobile de prestige n'échappe pas à la règle. Ferrari avec la GTC4 Lusso ou l'Aperta, Maserati et sa Quattroporte, AMG et sa GTR...
 
Bien sûr, le Mondial n'est pas qu'une succession de voitures anodines, de modèles mythiques, de carrosseries typées ou d'hôtesses ensorcelantes. Pendant 16 jours, les évènements s'y succèdent, le sport auto y est omniprésent, les animations ludiques côtoient les pistes d'essai et les démonstrations ou essais combleront les plus exigeants. Pourquoi ne pas s'essayer à la course sur glace grâce au simulateur de pilotage proposé par le Trophée Andros. ■

Notez


Dans la même rubrique :

FCA à vendre - 01/11/2017

Mitsubishi 2017 - 01/05/2017

Rétromobile 2017 - 13/02/2017

RWB - 07/01/2017

Technopolys - 07/11/2016

Epoqu'auto Lyon 2016 - 07/11/2016

SKF France - 16/05/2016

Coyote Mini - 10/01/2016

Epoqu'auto Lyon 2015 - 19/11/2015

1 2 3 4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile