LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
éco green
28/05/2015

MIA

On en reparle

par Anne-Sophie DESCAMPS

Elle n’est pas grande, mais elle en aura vu de toute les couleurs la MIA dans son usine de Cerizay, un jour à vendre, prête à être liquidée, un jour rattrapée, un jour redirigée, un jour vendue aux enchères et maintenant la voici qui revient sur le marché des entreprises à vendre suite à la manœuvre frauduleuse de sa dernière directrice Michèle Boos, qui avait pourtant promis de ne jamais délocaliser l’entreprise MIA Electric.



Promesse non tenue, alors que c’était face aux concurrents du Tour Poitou-Charentes Véhicules Électriques en septembre 2013 qu’elle avait tenu ce discours, en présence de Ségolène Royal, à l’époque Présidente de la région Poitou-Charentes. Le feuilleton ne faisait que continuer, et il continue encore…. Car cette directrice s’est révélée être une margouline de haut vol, qui a tenté de mettre la main sur un outil, le délocaliser, et changer de vie. Raté ! Et quand on fait des recherches, ce n’est pas son coup d’essai. Comment se fait-il que là-haut ils n’aient pas anticipé… une germano-coréenne qui s’intéresse à une si petite usine… c’était plutôt louche...
 

Bref, revenons un peu en arrière. Un peu d’histoire ne fait pas de mal. L’histoire des chiffres, en euros s’il vous plait… pour les picto-charentais, c’est important. Ce sont leurs euros qui ont été injectés par deux fois, et même trois dans cette entreprise. La première fois qu’une collectivité prenait une participation dans une entreprise… avec l’aval du gouvernement…. essai raté. Au total, 5 millions d’euros pour « un plan d’affaires fiable intégrant une commande d’un acteur majeur du secteur automobile international représentant un minimum d’activité pluriannuelle » a-t-il été dit à l’époque, plus 2,5 millions pour Heuliez la maison-mère…. Combien d’entreprises auraient eu besoin ne serait-ce que d’un peu de la part de ce gâteau pour aujourd’hui bien se porter, créer des emplois et faire un peu de bénéfices. Mais Ségolène, et son ego bien Royal, n’a pas vu les autres.
 

La MIA n’a pas eu l’effet escompté. Il ne s’en est vendue que très peu. Trop chère, c’est sûr. Trop petite, trop joujou, ce volant au milieu, trop bizarre…. À la Rochelle en auto-partage, parfois en véhicule de courtoisie pour les entreprises, et quelques particuliers qui l’adorent. Ça c’est sûr, ils n’en changeraient pour rien au monde. Parlez de la MIA à son propriétaire, et j’en ai croisé plusieurs, il vous en ventera ses mérites et parlera avec son cœur. Parlez-en aux entreprises et spécialement celles d’auto-partage, là, c’est nettement moins bien. Parebrises qui se décollent et autres incidents sont monnaie courante. Et spécialement depuis qu’il n’y a plus de SAV possible… pas de pièces de rechange… elles vont finir au rebut ces voitures. 

Quel gâchis… et pourtant, l’idée de départ était bonne, Ségolène Royal s’était investie dans la transition écologique. C’est son côté précurseur qu’on ne peut lui retirer…. Aujourd’hui, la voiture électrique ne représente toujours que 1% des ventes en France, mais on en parle, de plus en plus… Beaucoup de marques adoptent aujourd’hui la green attitude : Renault, Nissan, Citroën, VW, Kia, BMW… et bien d’autres encore. Il y a encore des progrès à faire, mais ça avance.

Quant à MIA, Jean-François Macaire, président de la Région Poitou-Charentes « se félicite de ce jugement et affirme que la Région Poitou-Charentes pourrait à nouveau s’engager pour Mia Electric si un repreneur se fait connaitre et si une nouvelle vente aux enchères a lieu » peut-on lire sur le site de FranceTVInfo. Pas dit que ses partenaires de la future grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes qui doit voir le jour le 1er janvier 2016 soient vraiment ravis et d’accord… et puis, quid de l’implantation des bornes de recharge pour VE…. Plutôt que de réinvestir dans Mia, ne pourrait-on pas plutôt favoriser cette branche de la mobilité électrique ? Un fabricant de bornes existe sur le territoire, à Saintes, Saintronic pour ne pas le citer…
Pas facile d’être précurseur….
 

Et même si l’imposture de l’ex-directrice se devait d’être dévoilée et cette vente annulée, à moins qu’un repreneur ne s’engage à reprendre l’outil de travail, il est à parier que Mia Electric vit ses derniers jours…

PS : le même jour, le 27 mai 2015, le projet de loi sur la transition énergétique a été adopté en nouvelle lecture qui doit faire de la France « un pays exemplaire ». L’ecotaxe a pourtant été annulée entre temps face à la fronde des bonnets rouge, les projets de fret ferroviaire ne verront sans doute pas le jour…. En matière de mobilité, rien de nouveau sous le soleil du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

Photos d'archives - Tour Véhicules Electriques Poitou-Charentes Septembre 2013 (Anne-Sophie Descamps)
 
Notez

Tags : mia




Dans la même rubrique :

R 240 - 10/07/2015

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile