LMA, le portail de l'actualité automobile
LMA le mag'

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

18/11/2014

La Škoda 966 Supersport retrouve sa gloire d’antan

Raphaël OLIVIER

Le dernier exemplaire au monde de la ŠKODA 966 Supersport vient de retrouver sa gloire d’antan : pendant un an, les spécialistes des ateliers de restauration ŠKODA se sont appliqués à restaurer ce bijou automobile, que les visiteurs peuvent désormais admirer au Musée ŠKODA tel qu’il est apparu dans les années 1950.



C’est au cours des années 1950 qu’ont été construits trois exemplaires de l’édition spéciale course de la ŠKODA 966 Supersport. Ils ont été vus pour la dernière fois sur un circuit en 1962, mais seul l’un d’eux est parvenu jusqu’à nous. Après avoir appartenu durant des années au pilote slovaque Ivan Micík, la voiture a été rachetée en 2007 par le Musée ŠKODA qui a entrepris de la restaurer entièrement dans un souci d’authenticité, grâce à des documents d’époque. Rayonnante comme lors de sa première course en 1953, la ŠKODA 966 Supersport a désormais rejoint la collection permanente.

« La ŠKODA 966 Supersport est un témoin important de notre histoire en sports  mécaniques. Elle restitue parfaitement l’ambiance des courses de circuit légendaires de la seconde moitié du XXe siècle », commente Michal Velebný, chef de l’atelier de restauration chez ŠKODA, en ajoutant : « Le fait qu’il s’agisse d’un modèle unique au monde en fait l’un des modèles phares du Musée ŠKODA ».

Sortie en 1950, la ŠKODA 966 Supersport bénéficie d’une caisse en aluminium et se  distingue par son adaptabilité. Moyennant quelques modifications mineures de la carrosserie – capotage des sièges passagers, dépose des phares et des ailes –, elle est prête à courir sur circuit en catégorie Gentlemen. La ŠKODA 966 Supersport est lancée en mai 1950 à Mladá Boleslav mais, au bout de deux courses, elle a subi tellement de dégâts qu’il faut la remplacer. L’objectif de l’écurie d’usine étant d’avoir deux exemplaires opérationnels, elle en construit donc un troisième. C’est précisément celui-ci qui a été préservé et vient d’être entièrement restauré.

Le véhicule fait ses débuts au Grand Prix de Tchécoslovaquie le 24 septembre 1950, piloté par Miroslav Fousek qui se classe second en catégorie 1100 cm3. La saison 1951 débute par une victoire en catégorie Voitures de sport, aux courses de Liberec. Au cours des années suivantes, les exemplaires N°2 et 3 de la Supersport participeront à de nombreuses  courses. Gravement blessé lors d’un accident, Miroslav Fousek est remplacé par Jaroslav Netušil, Václav Bobek continuant pour sa part de piloter l’autre exemplaire. ŠKODA cherche à perfectionner ses deux voitures de course, en particulier les motorisations. La version  1089 cm3 dérive initialement de la ŠKODA Tudor, mais a reçu une nouvelle culasse en aluminium à chambre de combustion hémisphérique. Il existe une version atmosphérique à deux carburateurs et une version plus puissante à un (voire deux) compresseurs. La hauteur du capot trahit la nature du moteur : basse pour le turbo et nettement plus renflée sur le dessus des deux carburateurs.
 

Compte tenu de la facilité et surtout de la rapidité de changement du moteur, les deux ŠKODA 966 Supersport peuvent courir en catégorie 1100 cm3 (pour la version atmosphérique) ou 1500 cm3 (pour la version turbo). Pour gagner encore en puissance et conformément à la nouvelle réglementation sportive, ŠKODA modifie ensuite la cylindrée qui passe à 1221 cm3. Au stade final du développement, l’écurie monte un nouveau moteur prototype de 1500 cm3 alimenté au choix par quatre carburateurs et/ou deux compresseurs. Le moteur atmosphérique développe une puissance maximale de 90 ch et la version suralimentée 180 ch, ce qui lui permet quasiment de franchir les 200 km/h. Compte tenu du nombre de tuyaux dans le compartiment moteur, le modèle à compresseur est surnommé «usine à gaz».

Parallèlement, ces bolides reçoivent aussi d’importantes évolutions. Placé devant le compresseur, un condenseur favorise le refroidissement de la version suralimentée. Au cours de la saison 1953, les designers améliorent l’aérodynamisme en abaissant la calandre et en ovalisant la prise d’air. Fin 1953, la voiture se dote d’un nouveau moteur de 1500 cm3. À l’automne 1953, Václav Bobek établit un nouveau record de vitesse à 197,8 km/h au volant de la version à deux compresseurs, faisant ainsi de la ŠKODA 966 Supersport l’automobile la plus rapide de l’époque en Tchécoslovaquie.

Les derniers ajustements de la carrosserie ont lieu en 1954. Pour s’adapter au nouveau règlement, la Supersport reçoit d'imposants garde-boues solidement fixés à la caisse. En 1955, Jaroslav Netušil participe à des compétitions sur cette version revisitée. Un an plus tard commence le développement de la nouvelle ŠKODA 1100 Special OHC, remplaçante de la Supersport. Au cours des années suivantes, les deux ŠKODA Supersport 966 serviront à l’entraînement de futurs pilotes de course.
Notez


Dans la même rubrique :

Recherche





le magauto magazine automobile