LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

19/02/2017

Hyundai Ioniq Hybrid 1.6 GDi Executive

Allô écolos bobos


par Patrick RENZI

Parvenus au bout du bout de ce qu'ils pensaient être la voie royale, les constructeurs automobiles doivent rivaliser d'ingéniosité pour sortir des sentiers battus par une concurrence de plus en plus motivée. La vitesse étant dépassée par des mouvances écologiques savamment orchestrées par les bobos, l'énergie fossile étant âprement combattue par des bons penseurs plus soucieux de protéger leurs intérêts personnels que la réelle protection environnementale, les ingénieurs innovent et ouvrent de nouvelles brèches, sans trop savoir où elles mènent.



QUELQUES GENERALITES

Sous sa robe habillée de son Bleu Marina, notre Ioniq fait son effet.
Sous sa robe habillée de son Bleu Marina, notre Ioniq fait son effet.
L'hybridation est une solution de plus en plus prisée. Sans atteindre des sommets économiques, elle permet aux constructeurs d'offrir du pseudo neuf avec de l'ex tout vieux. La recette presque idéale pour satisfaire l'appétit croissant des actionnaires du monde entier. Le géant Hyundai ne pouvait pas ne pas être de la fête éco. C'est désormais Ioniq qui fait le job, en se déclinant sous de multiples modes énergétiques, élec, hybrid, hybride rechargeable...un peu trop, sans doute...

 

LE TOUR DU PROPRIO

Un peu d'effet Civic, mais heureusement aucun prisme Prius. Hyundai a su éviter le pire.
Un peu d'effet Civic, mais heureusement aucun prisme Prius. Hyundai a su éviter le pire.
Manifestement, l'atout maître de la Hyundai Ioniq restera sa ligne stylée, un brin plus consensuelle qu'une Civic, quoique, mais la robe qui plus est habillée du bleu, lui sied parfaitement. Ceci étant, on aurait aimé une calandre plus valorisante, surtout au niveau du logo plastique peu engageant et vraiment toc. Et c'est là que le bât blesse pour cette Ioniq insuffisamment aboutie en règle générale pour venir taquiner les copines de récré qui font la cour des concessions. L'habit de fait pas le moine et si le charme habite manifestement notre Ioniq, le spectacle tombe dès qu'on franchit la portière.
 

ESPACE INTERIEUR

Disons le tout net: l'intérieur de notre Ioniq a été bâclé et le plaisir d'être à bord reste limité.
Disons le tout net: l'intérieur de notre Ioniq a été bâclé et le plaisir d'être à bord reste limité.
Ici, ça sent le low-cost à plein nez. Le plastique dure abonde, les sièges sont peu accueillants et l'instrumentation est minimaliste. Seule fantaisie, le cerclage bleu des ouies, pour le reste, c'est gris tristounet pour tout le monde. Indigne pour une voiture dont le prix affiché dépasse joyeusement les 30000 euros. Le confort de suspension est moyen, l'habitabilité n'a rien d'exceptionnel. Heureusement, Hyundai a privilégié la hayon pour accéder à son volume arrière de chargement satisfaisant de 443 litres et l'équipement est plus que complet avec bi-xénon, régulateur adaptatif, camera de recul et tout le toutim. Dommage que Hyundai n'ait fait aucun effort côté modularité...
 

ASPECT TECHNIQUE

En attendant la version plug in, nous devons nous contenter d'une mouture Hybrid qui affiche vite ses limites malgré une technologie embarquée maîtrisée.
En attendant la version plug in, nous devons nous contenter d'une mouture Hybrid qui affiche vite ses limites malgré une technologie embarquée maîtrisée.
Si le coeur de chauffe de notre Ioniq demeure le groupe 4 cylindres essence 1.6 GDi de 105 ch pour 147 Nm, c'est bien entendu la technologique qui y est rapportée qui fait la différence et l'attrait du modèle. D'un côté, le moteur électrique de 43.5 ch pour un couple de 170 Nm avec la batterie lithium-ion-polymère qui va bien sous les sièges arrière, de l'autre, la transmission à double embrayage à 6 rapports, au final, notre Ioniq affiche fièrement 141 ch de puissance maxi, 265 Nm de couple total et sur le papier, une pointe de 185 km/h pour une émission CO² très théorique de 92 g/km.
 

SUR LA ROUTE

La modularité n'est manifestement pas la tasse de thé de notre Ioniq qui brille cependant par la présence d'un hayon fort pratique à l'usage du quotidien.
La modularité n'est manifestement pas la tasse de thé de notre Ioniq qui brille cependant par la présence d'un hayon fort pratique à l'usage du quotidien.
C'est quand on sort de la ville que notre Ioniq affiche rapidement de sérieuses limites. Conçue avant tout pour être conduite en mode éco, il faut bousculer la mécanique pour en retirer la substantifique moelle. Et forcément, dès qu'on chatouille la bête, les conso s'envolent. Bien sûr, certaines âmes sensibles me rétorqueront que la vitesse, c'est dépassé ou qu'il faut protéger la planète... Certes, certes, mais les ingénieurs ne sont pas obligés de nous gratifier de mollusques pour autant. Conduire doit rester un plaisir et franchement, observer un tableau de bord en espérant que l'affichage EV passe au vert, c'est pas mon truc. Et je ne parle pas du frein de parking au pied dont le maniement est plus que répulsif, de la visibilité arrière lamentable entachée qui plus est par une barre latérale invalidante ou de la consommation réelle de 5.7 litres pour notre essai de plus de 2400 km qui nous a permis, contrairement à certains, de bien tester la voiture au quotidien.

 

ON SE RESUME

Comme d'habitude, les constructeurs nous mentent sur les consommations en affichant des chiffres théoriques. Et comme d'habitude, il faut compter 2 litres de plus que les bases énoncées. Que des filous!
Comme d'habitude, les constructeurs nous mentent sur les consommations en affichant des chiffres théoriques. Et comme d'habitude, il faut compter 2 litres de plus que les bases énoncées. Que des filous!
Plus vitrine technologique ou concept labo ambulant que modèle de série réellement abouti, la Hyundai Ioniq a l'intérêt d'exister et de donner la répliquer à la famille Prius de la rue d'en face. Rien que pour cela, nous applaudissons, tant l'hégémonie Toyota est surfaite. Autre satisfecit de notre Ioniq, une allure agréable à l'oeil qui n'a rien à voir avec la grossièreté de la même concurrente. Enfin, côté positif, la technologie est maîtrisée, même si elle affiche rapidement ses limites. Pour le reste, on attendait mieux de Hyundai qui dépasse les bornes tarifaires en abusant de l'effet bonus éco pour faire avaler une couleuvre peu dynamique. A ce niveau, le client devient exigeant et la présentation intérieure inexistante sur notre Ioniq sera inévitablement un handicap cumulé aux prestations routières minimalistes. Au fond, cette Ioniq est vraiment destinée à nos écolos bobos capables de dépenser plus pour en avoir moins.

NOTRE NOTATION

Quelle drôle d'idée de tronquer la visibilité arrière par cette horrible traverse ! On se demande parfois à quoi peuvent penser les ingénieurs quand ils conçoivent les autos...
Quelle drôle d'idée de tronquer la visibilité arrière par cette horrible traverse ! On se demande parfois à quoi peuvent penser les ingénieurs quand ils conçoivent les autos...
RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 467 500
EQUIPEMENT 698 800
COMMANDES DIVERSES 231 300
INSTRUMENTATION 302 400
SECURITE 614 800
PERFORMANCES 489 600
CONFORT DE CONDUITE 612 800
COTE PRATIQUE 388 500
COTE TECHNIQUE 699 800
BUDGET ET SAV 387 500
     
TOTAL GENERAL 4887 6000
MOYENNE 16.29 20.00

Plus simple intrumentation..., tu meurs ! Il est vrai qu'un écolo se limite à rester dans le vert... Il parait que ça lui suffit !
Plus simple intrumentation..., tu meurs ! Il est vrai qu'un écolo se limite à rester dans le vert... Il parait que ça lui suffit !
NOS COUPS DE COEUR
Ligne extérieure agréable
Présence d'un hayon
Technologie hybride maîtrisée
Equipement satisfaisant

NOS COUPS DE GUEULE
Prestations routières minimalistes
Confort dégradé
Consommation peu convaincante
Tarif éhonté

ETOILES        *****
COEURS         ♥♥
Notez

Tags : hyundai, ioniq

au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile