LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
reportages

03/04/2018

Genève 2018

Pauvre France

par Patrick RENZI - Photos Pierre LOURRY

Genève 2018

Chaque année, le Salon de Genève expose ce qui se fait de mieux dans l'espace automobile européen. Référence parmi les références, ce haut-lieu est le symbole de la toute puissance de l'industrie automobile mondiale, chaque constructeur ayant besoin d'y montrer son savoir-faire, ses nouveautés technologiques, ses modèles phares. Avec plus de 660000 visiteurs, en légère baisse par rapport à 2017, chacun exprimait une relative satisfaction au soir de la fermeture d'un évènement prisé. Il est vrai que la position exceptionnelle du Salon, plateforme de communication mondiale, demeure essentielle dans le parcours médiatique des géants de l'automobile et de ses satellites.

 

Oui, mais voilà. Alors que les règles de la bienséance nous obligeraient à soutenir l'initiative industrielle tricolore afin de ne pas rompre la spirale ascensionnelle de la reprise économique hexagonale, force est de constater que les marques françaises ne brillaient pas. Alors qu'Audi et plus largement le Groupe Volkswagen avec Skoda et Seat occupaient une surface détonante, agrémentant des stands plantureux, déclinant une brochette de nouveautés de toute première importance, les 3 Français sonnaient le tocsin dans des mini stands low cost, regroupés pour Peugeot et Citroën, absent pour DS qui aurait pu honorer son nouveau et utopique DS7 et sans tenue pour le losange, dont l'attraction tenait dans un pseudo concept dit futuriste, sans queue ni tête, dont le principe était d'avancer et de reculer... une gageure en 2018!

 

Oh! Bien sûr, les confrères inconditionnels et les blogueurs incultes ont vu dans la nouvelle 508, le fleuron de l'automobile française. Plus petite que sa devancière, flanquée de son ridicule petit volant digne d'une 208, mais enfin dotée d'un hayon que nous réclamions depuis des lustres, animée par des motorisations indignes, le tout plus proche d'une 408 que d'une grande berline. Elle aura le succès due à la griffe de son lion omniprésent, mais se ramassera un râteau dès que la concurrence teutonne rivalisera avec une VW Arteon ou une Audi A5, mieux finies, moins banales, plus glamour.
 
Pour un peu, je passais à côté du Berlingo et du Rifter, censés représenter le renouveau français... Et à part ça, me direz-vous?... le néant ! Rien de plus chez les chevrons, rien de moins chez le lion, le losange se limitant à se gargariser autour de la Mégane RS dont on peut imaginer la diffusion confidentielle, le réseau étant incapable de gérer cette niche onéreuse, et à mettre maladroitement en scène un odieux Koléos et une Zoé en mal d'existence, car en quête de bornes électriques dignes de ce nom.
 

Heureusement, la plupart des autres constructeurs ont fait le déplacement avec la ferme volonté d'en découdre, heureux de présenter collectivement plus de 110 premières mondiales et européennes, c'est dire l'importance de cette expo, de sa visibilité relayée par plus de 10000 représentants de médias accrédités. Il ne fallait pas s'y louper et la France s'y est honteusement vautrée.
 
Ceci étant, les observateurs avisés que nous sommes savent que l'automobile stagne et que les ingénieurs, designers, chercheurs sont aujourd'hui bien incapables de nous gratifier d'une gageure technologique digne de l'ABS d'antan, de la boîte auto, du pneu radial, de la traction avant, de l'airbag, toutes ces innovations qui ont jalonné la recherche et qui ont permis à l'automobile de traverser de nombreuses décennies en conservant l'effet magique de son pouvoir de séduction, de son image sociétale, de son engagement économique, de son potentiel humain. Veillons à ce que le mot Fin ne se profile à l'horizon...
 

Les satanés écologistes abrutis par tant de certitudes approximatives contribuent chaque jour à détruire une industrie génératrice d'emplois, de rêves et de plaisirs. Les politiques toujours en quête de recettes fiscales destinées à combler leur largesse personnelle, taxent et surtaxent tout ce qu'ils peuvent, sur l'autel de l'insécurité routière dont on sait pertinemment que la solution finale est autre. Les moralistes tentent d'imposer leur vue d'esprit étriquée en prêchant une égalité pour tous bien utopique. Quant aux usagers, ils subissent sans sourciller, heureux quoiqu'il en soit de leur sort vaseliné, de leur monture dénaturée, de leur bonheur surfait.
 
Pendant ce temps là, la concurrence s'organise. Chacune exposant plus ou moins judicieusement ses gammes pour attirer le chaland. Entre concept-cars incontournables, voitures connectées à défaut d'être autonomes, petites citadines ou grandes routières, hybride souvent, diesel encore et c'est tant mieux. Des gouts, beaucoup de couleurs et surtout des moyens financiers que beaucoup n'ont plus, car il ne vous a pas échappé que votre auto vous coutait de plus en plus cher au point de grever vos budgets au détriment de l'essentiel. Jamais, l'automobile n'a été autant pourchassée, alors que son industrie est des plus vitales de l'économie mondiale. Au lieu de succomber aux charmes des sirènes écologiques, financières, politiques ou sociales, certains responsables seraient bien inspirer de réfléchir aux conséquences de leurs actes lors de leurs prises de décisions.
 

Comme souvent en temps de crise, ce sont les constructeurs d'exception qui sortent la meilleure épingle du jeu. Ferrari, Porsche et quelques marginaux comme Koenigsegg en tête pour n'en citer que quelques uns. Tout le monde ne peut pas se les offrir, mais le mythe automobile, c'est aussi le rêve et l'envie. Quand on gratte un peu, on se dit tout de même légitimement, qu'atteindre de tels sommets d'euros a un arrière gout d'indécence.
 
Cette année, Genève manquait de charme et d'élégance. Les hôtesses se faisaient rares et nombre d'entre elles ressemblaient plus à des momies mal fringuées qu'à de jolies fleurs toute de charme vêtues. Un signe des temps où le féminisme dévoyé et le conflit des genres polluent les relations hommes-femmes ancestrales. A force de vouloir rigidifier les codes, on oublie tout simplement qu'une femme n'est pas un homme et inversement et que ce n'est pas cela qui empêche les uns comme les autres de se respecter tout en préservant leur séduction naturelle.

Tout cela n'aura pas empêché les affaires de se concrétiser dans les arrière-boutiques, chacun se réservant le droit de négocier la remise salon qui va bien. Désormais, les clients savent que les tarifs annoncés sont illusoires et que le prix à payer se situe bien en dessous, sauf à se faire piéger par des échéances mouvantes... Car aujourd'hui, les commerciaux ne vendent plus un prix clés en main, mais une banale mensualité qui, au final, donne un coup de moins bien et un coût d'arnaque.
 
Les allées du Salon regorgeaient de regards indiscrets, bienveillants, envieux, inquisiteurs, émerveillés, critiques ou déçus. Mais tous avaient le sentiment d'assister à un l'évènement majeur de l'année, celui de l'automobile d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Le mythe automobile survit à toutes ses agressions malsaines, la passion est omniprésente. Reste aux acheteurs d'être prudents et renseignés face à certains vendeurs téléguidés par des manitous du marketing peu scrupuleux.

Notez

Tags : geneve 2018, gims


1.Posté par Wolff le 20/04/2018 00:24

Que la France continue à fabriquer des voiturettes et ça ira de mieux en mieux...pauvre pays décadent qui n'a pas de pétrole et plus d'idées.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Charte de comportement sur les différents supports du Groupe

Les espaces de contribution intégrés dans les pages de nos différents sites (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur nos différents sites.
Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.
La participation aux espaces de contribution suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par nos structures et qui ne souffrent aucune contestation.
Les commentaires des lecteurs sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.
Nous nous réservons le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.
La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.
Les lecteurs participants sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.
Rappel de la loi
Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :
* Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).
* L'appel à la violence
* L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme
* Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie
* La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée
* L’apologie du suicide
* Les informations relatives à la vie privée.
* L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur
Les règles de conduite
Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :
* Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.
* La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.
* Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.
* Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.
* La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.
* Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.
Pour la marque Galaxy,
Le Groupe Press' Online, KMS Diffusion, le Groupe SilverGold, le Pôle 43, Les Ecrins de Marco, les Amis de LMA, Les Jardins de Thalya, Azounia.


Dans la même rubrique :

FCA à vendre - 01/11/2017

Mitsubishi 2017 - 01/05/2017

Rétromobile 2017 - 13/02/2017

RWB - 07/01/2017

Technopolys - 07/11/2016

Epoqu'auto Lyon 2016 - 07/11/2016

Mondial Auto 2016 - 02/10/2016

SKF France - 16/05/2016

1 2 3 4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque



le magauto magazine automobile