LMA, le portail de l'actualité automobile

édito

30/04/2015

François Michelin: le "sale capitaliste" tire sa révérence


par Patrick RENZI

C'est un très grand de l'industrie automobile qui vient de disparaitre, un homme rare qui a donné à l'entreprise Michelin le prestige mondial qui est aujourd'hui le sien.



Photo Marc Tulane
Photo Marc Tulane
Un hommage ordinaire dirait simplement que le petit-fils d'Edouard, fondateur de l'entreprise, est entré semi clandestinement chez Michelin dès 1951, à l'usine de Carmes, pour y faire ses gammes, avec un statut de simple ouvrier, puis de représentant et enfin de chef d'atelier… Il apprend durant ces 4 années le métier d'une part, mais surtout la condition ouvrière qui le guidera sans faille tout au long de son prestigieux parcours. Car notre homme prend la cogérance Michelin dès 1955 aux côtés du gendre d'Edouard et devient patron de la manufacture Michelin dès 1959. Il le restera jusqu'en 2002 après 47 années de développement international.

Dixième producteur mondial de pneumatiques en 1955, Michelin devient numéro 1 dès 1991. Il est vrai que sous la gouvernance de François Michelin, l'entreprise a franchi de jolis paliers comme le pneu radial, une révolution de haute technologie dans le milieu du pneumatique qu'il soit à destination de l'univers poids-lourds, aviation, métro, moto ou auto. Etapes géographiques aussi avec l'implantation d'usines aux quatre coins du monde, y compris aux Etats-Unis. François Michelin signe aussi le rachat d'Uniroyal Goodrich et conforte sa position de leadership.

Mais François Michelin est avant tout un extraordinaire visionnaire qui plus est, fort de ses certitudes qu'il sait mettre au profit de l'innovation, de la qualité, du client, de l'Homme. Pour redoutablement secret qu'il était, l'homme ne mettait pas pour autant sa langue dans sa poche quand il fustigeait les 35 heures ou lors d'échanges au CNPF par exemple… Réputé pour son paternalisme, François Michelin se souviendra toujours des années 50 et des ouvriers au milieu desquels il avait travaillé pour apprendre. Le drame de sa vie restera la disparition accidentelle de son fils Edouard, dans le naufrage d'un bateau de pêche au large de l'île de Sein, le 26 mai 2006. Il lui avait confié les rênes de l'Entreprise en 1999.

De François Michelin, je garderai personnellement le souvenir de notre première rencontre, fortuite, en 1982, au hasard d'une de ses rares pauses intimistes corréziennes dont beaucoup ne connaissent pas l'existence. Il aimait se ressourcer dans un petit bourg de cette haute et merveilleuse Corrèze près de Lapleau… Laborie exactement. Juste quelques instants de plénitude dans un de ces foyers où la cuisinière savait encore crépiter au son des rondins, loin des jungles urbaines et des mensonges financiers. A Laborie, c'était la paix, le fleur bon de la vraie nature, des vrais gens, ceux qui l'avaient élevé, ceux qu'il n'avait jamais oubliés. C'est là, dans cette cuisine d'un autre temps, le sien, que j'avais refait le monde en sa compagnie. L'homme était convaincant, mais savait écouter le jeunot que j'étais. Il traversait une passe difficile après le rachat d'Uniroyal et l'attaque américaine de Bridgestone qui venait d'absorber Firestone.

François Michelin n'était pas rassuré, lui qui avait du céder aux charmes d'une aide de l'Etat pour ne pas couler. Un comble pour ce libéral invétéré. Cet épisode douloureux le fera souffrir au point de lancer lors d'une de ses dernières interventions publiques, c'était au Centre Technologie de Ladoux, "je suis un sale capitaliste". Tout était dit.

Je garde de lui le précieux souvenir d'une intelligence savante doublée d'une humilité et d'une bienveillance rassurante. Nous nous sommes rencontrés de nombreuses fois depuis, ici et là, au hasard de nos déplacements réciproques… Un sacré Monsieur !

Aujourd'hui, les "Bibs" sont en deuil. Il avait 89 ans.

 

Notez


Tags : michelin

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile