LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
nostalgie

08/05/2017

Ford Capri

La révolution est en marche !


par Patrick RENZI

Nous sommes dans l'après 68. Les pavés parisiens ne volent plus. Les barricades se sont démantelées. Les CRS ont rangé leur matraque et les manifestants ont pris un peu de distance… Ouf!



Le calme est revenu un peu partout en France, les philosophes ont retrouvé les vestiaires et les ouvriers ont rejoint leurs usines.

Les grèves de mai 68 vont laisser à jamais les stigmates d'une révolte institutionnelle dans la vie quotidienne de tout un peuple. Plus rien ne sera jamais comme avant… ou presque!

Pendant ce temps là, la révolution automobile nous vient d'Allemagne et personne ne la voit venir.

Ford et Ghia ont travaillé depuis plusieurs années sur un projet fabuleux novateur et profitent des nouveaux coins de ciel bleu de la fin des sixties pour accoucher d'une magnifique auto.
La sérénité envahit à nouveau notre belle France, les philosophes ont retrouvé les vestiaires et les ouvriers ont rejoint leurs usines.


 

Année érotique 69... la Capri a l'allure d'une élégante voiture de sport superbement dessinée qui rompt avec la monotonie et la tristesse des voitures moyennes du moment. Elle sait proposer une grille tarifaire mesurée et accessible ainsi qu'une maintenance économique.

La Capri deviendra rapidement un immense succès commercial grâce à une gamme vaste et multiple qui permet à chacun de trouver monture à son chéquier.

Extérieurement, la ligne générale est superbe. Un capot immensément long qui va permettre à Ford d'y loger toute une ribambelle de motorisations plus ou moins vitaminées, une poupe tranchée qui abrite habilement une malle arrière de contenance moyenne.

Entre les deux, des flancs musclés s'étendent avec une certaine grâce donnant à l'ensemble une puissance et une vitalité bienvenue.

Une belle auto à prix contenu, voilà la recette gagnante de la Capri dont les versions de base, un rien dépouillées certes, sont animées par le 4 cylindres en V robuste de 1298 cm3 des Ford Cortina et autres Escort.

C'est une version 1300 XL vert métal épicéa qui a marqué mes années 70. Elle était splendide avec un intérieur tout de skaï blanc revêtu.

Un must pour une époque où les alliances de teintes devaient satisfaire les plus conservateurs. Révolution…oui, mais sans précipitation ! Faut pas pousser !

Je me souviens d'une boîte de vitesses très agréable et douce, d'un équipement relativement complet pour l'époque dont des dossiers de sièges avant inclinables, un accoudoir entre les sièges arrière, un rétro jour nuit, un témoin de frein main et des phares de recul.

Il y avait cependant ce confort un rien rudimentaire qui me gênait, surtout sur les longs trajets et lorsque les routes se dégradaient. La direction était ferme et le bruit du moteur envahissait l'habitacle. Mais la position de conduite était sport, le tableau de bord bien implanté avec ses compteurs ronds et ses inter bascul très 70's, on s'y sentait bien, même si les petits phares avaient du mal à percer la nuit.

Avec les années, la Capri évoluera doucettement. Mk1 et même 1 et 1/2 jusqu'en 73, Mk2 de 74 à 77 pour terminer une carrière riche sous une forme quelque peu remaniée de 78 à 86.

Des cures de jouvence qui n'apporteront pas grand-chose au prestige de la Capri si ce n'est un hayon pratique sur la Capri II qui en profite pour perdre une partie de son âme et une virilité plus marquée sur la Capri III qui profite de l'aubaine pour remanier son habitacle et abandonner une nouvelle part de son identité.

Si la première Capri dépassera le million d'exemplaires vendus, un score inimaginable pour un coupé, à l'arrivée, ce seront prés de 2 millions de Capri qui seront sorties des différentes chaînes de montage en dix sept ans de carrière, grâce au mélange habile des finitions, variantes et motorisations qui se sont multipliés à un rythme effréné. La dernière Capri sera équipée du 2.8 litres injection. Elle est issue de la série spéciale " 280 ".

Nous sommes déjà en décembre 1986 et aucun autre coupé Ford n'a atteint ces scores enviables depuis. Pour ma part, je garderai de la Capri 1300 XL le souvenir d'une superbe automobile avec laquelle aujourd'hui, j'irais bien refaire une jolie ballade.


 

Notez

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile