LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

03/09/2016

Fiat 124 Spider Lusso Plus

Pulsion de phéromones


par Patrick RENZI

Biarritz - Un peu comme le Canada Dry qui aurait égaré ses bulles, on aurait pu craindre le pire pour le retour du 124 Spider disparu des écrans radars depuis des lustres. Longtemps considéré comme une référence émotionnelle dans la famille très confidentielle des cabriolets comme ils disent, Fiat a cru bon, trop longtemps, dans un élan de rentabilité sans lendemain, de faire table rase de son Spider, lui préférant des modèles de pacotille sans âme. Preuve que c'était une erreur puisque le géant italien nous gratifie 50 ans plus tard, d'un 124 Spider épicé façon orientale.



QUELQUES GENERALITES

Même si l'on cherche quelques similitudes avec le mythe 124 Spider de 1966, faut se creuser la tête pour trouver...
Même si l'on cherche quelques similitudes avec le mythe 124 Spider de 1966, faut se creuser la tête pour trouver...
Crime de lèse majesté, optimisation des coûts oblige, le 124 Spider des temps modernes est fabriqué… à Hiroshima. Fruit d'une collaboration plus ou moins de raison avec Mazda lui aussi aux abois et en quête, de partenaire pour une énième mouture de son légendaire MX-5, le 124 Spider n'est fort heureusement pas une copie banale de ce dernier. Mieux, il hérite d'attentions toutes particulières, tant au niveau carrosserie que moteur, histoire de redonner à la pizza des senteurs épicées plus latines.

LE TOUR DU PROPRIO

Sous cet angle, le Spider avance de sérieux arguments esthétiques pour séduire son visiteur.
Sous cet angle, le Spider avance de sérieux arguments esthétiques pour séduire son visiteur.
Pour faire passer la pilule aux puristes de la marque, Fiat nous fait de longues références au Spider de 66, le vrai, l'unique… Un léger décrochement de portière et nous voilà plongé dans la nostalgie de ces années là. On ose même un clin d'œil à la 500 au niveau des blocs optiques… En fait, le 124 Spider mérite mieux que l'opportuniste approche sentimentale d'un mythe. Looké avec talent par le Centre de Style de Turin, racé comme il se doit, c'est son immense capot bossu qui accroche le premier regard. Et le reste suit car, force est de constater que ce Spider est une réussite esthétique comme on les aime. Dommage que la capote manuelle ne soit pas mieux intégrée, une fois repliée… Pas digne d'une auto du 3ème millénaire!

ESPACE INTERIEUR

Mis à part quelques plastiques durs rédhibitoires, force est de constater que l'aménagement intérieur a de la gueule. Mais ne cherchez pas les rangements...
Mis à part quelques plastiques durs rédhibitoires, force est de constater que l'aménagement intérieur a de la gueule. Mais ne cherchez pas les rangements...
Un Spider, c'est de l'émotion forte chevaux au vent, du tempérament, du lourd. Fiat a su doter le sien de tous les artifices, équipements et technologies qui font d'un cabriolet une espèce à part qui se doit d'être protégée. Et dans cet esprit, la cellule de vie ou de survie est minimaliste. Quasi aucun espace de rangement et surtout, il manque l'espace qui irait normalement bien entre les sièges et le coffre. Juste pour mettre le sac ou le vêtement. Le coffre est petit. Trop petit, mais en week end à deux, la brosse à dents devrait trouver sa place de choix. Et puis… c'est un spider! On retrouve une planche de bord connue chez Mazda et le surprenant GPS n'est pas une réussite. Une mention pour l'équipement Bose et ses 9 hauts parleurs dont 2 implantés dans les appuie tête. Astucieux et utile pour le téléphone en bluetooth.

ASPECT TECHNIQUE

Avant d'être installé sous le capot du Spider, le 4 cylindres Fiat est envoyé chez Mazda qui assure le montage. Le 124 sera ensuite réimporter pour sa livraison. Dur dur pour la planète!
Avant d'être installé sous le capot du Spider, le 4 cylindres Fiat est envoyé chez Mazda qui assure le montage. Le 124 sera ensuite réimporter pour sa livraison. Dur dur pour la planète!
Long de plus de 4 mètres et construit autour d'une plateforme sur mesure, le Spider en a profité pour transmettre la puissance de son 4 cylindres maison, aux roues arrière afin de mieux répartir les masses et respecter l'esprit du spider. Ce bloc 4 cylindres essence 1.4 litre Multi Air de 140 ch avec turbo et intercooler impulse les vitamines turinoises et la boite alu dont les rapports ont été adaptés en conséquence, toujours empruntée à la MX-5, mais cuisinée à la sauce italienne, remplit son office. Grâce à une géométrie des trains bien pensée, le Spider braque en 9.40 mètres et offre ainsi une réelle maniabilité.

SUR LA ROUTE

Les stylistes de la maison Fiat sont particulièrement fiers de cette signature lumineuse qui rend hommage au glorieux passé de la marque.
Les stylistes de la maison Fiat sont particulièrement fiers de cette signature lumineuse qui rend hommage au glorieux passé de la marque.
Déjà à l'arrêt, le Spider, avant tout créer pour séduire, fait son effet. Mais dès qu'on roule, il dégage un réel plaisir avec quelques heureuses surprises à la clé. A commencer par une position de conduite au ras du bitume, dominée par cet immense capot. Une fois calées au chausse-pied, les quelques affaires personnelles, le Spider est à son affaire. Et vous savez quoi? Ce 124 est confortable, bien suspendu. Bien assis dans des sièges parfaitement dessinés, on profite à pleins poumons.  On se faufile au gré des flots de circulation où le Spider est à son affaire. Pour peu qu'on monte dans les tours et qu'on joue avec la boîte, les performances sont au rendez-vous. Mais à ce rythme, la gourmandise est elle aussi de la partie et les consommations s'envolent pour flirter avec les 13 litres. Le plaisir a un coût. Autre désagrément: le GPS proposé, franchement d'un autre âge. Il nous fait traverser des déserts sans route en toute impunité et retrouve son chemin par inadvertance. Pas rassurant.

ON SE RESUME

Le confort de ces sièges aux galbes harmonieux ne supporte aucune critique.
Le confort de ces sièges aux galbes harmonieux ne supporte aucune critique.
Vendu grosso modo autour de 30000 euros dans une variante civilisée, le Spider avance de sérieux arguments faisant oublier ses origines extrême-orientales qui auraient pu gâcher le tableau. Fiat a su préserver l'essentiel en dotant son 124 d'un vrai tempérament latin, d'une ligne ravageuse et d'un confort de suspension surprenant. Ceci étant, on peut ajouter à ce bilan, la maniabilité et l'émotion dégagée, mais la consommation abusive, le manque de rangements, la garantie amputée (par rapport à la cousine Mazda), les plastiques bon marché et le turbo lymphatique viennent ternir le tableau. Reste que l'achat d'un Spider est un coup de cœur face à un modèle qui fait craquer. Et franchement, en attendant la version Abarth, ce 124 Spider n'est pas mal dans son genre.

NOTRE NOTATION

Un zeste de Spitfire, deux doigts de MX-5 et un (petit) zeste du mythe 124 et voilà un cocktail bien agréable à consommer sans modération... ou presque!
Un zeste de Spitfire, deux doigts de MX-5 et un (petit) zeste du mythe 124 et voilà un cocktail bien agréable à consommer sans modération... ou presque!
RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 500 402
EQUIPEMENT 800 591
COMMANDES DIVERSES 300 222
INSTRUMENTATION 400 301
SECURITE 800 619
PERFORMANCES 600 465
CONFORT DE CONDUITE 800 682
COTE PRATIQUE 500 291
COTE TECHNIQUE 800 677
BUDGET ET SAV 500 411
     
TOTAL GENERAL 6000 4661
MOYENNE 20,00 15.54

Le tube de dentifrice, la brosse à dents, le flacon N°5 de Madame et le compte est bon...
Le tube de dentifrice, la brosse à dents, le flacon N°5 de Madame et le compte est bon...
NOS COUPS DE COEUR
Joli pouvoir de séduction
Confort surprenant
Maniabilité appréciable
Commande de boîte

NOS COUPS DE GUEULE
Consommation exagérée
Turbo lymphatique
Rangements minimalistes
Trop de plastique dur

ETOILES        *****
COEURS         ♥♥♥♥

Un central rond qui compte les tours, une compteur qui se charge de la vitesse et un autre qui affolle les consommations.... oui je sais, 13 litres... ça sent l'indigestion!
Un central rond qui compte les tours, une compteur qui se charge de la vitesse et un autre qui affolle les consommations.... oui je sais, 13 litres... ça sent l'indigestion!
Prix du modèle essayé (€) : 31990
Prix (à partir de/€) :              25990
Puissance fiscale (CV) : 08
Nbre de cylindres/soupapes : 4/16
Carburant : SP95
Cylindrée (cm3) : 1368
Alésage/course (mm) : 72.0x84.0
Puissance maxi (ch/tr) : 140/5000
Couple maxi (Nm/tr) : 240/2250
Transmission : AR
Boîte : BVM6
Freins AV : Disques V
Freins AR : Disques P
Diamètre de braquage (m) : 9.40
Long/Larg/Hauteur (cm) : 405/174/123
Empattement (m) : 231
Poids (kg) : 1050
Coffre (L) : 140
Réservoir (L) : 45
Vitesse maxi (km/h) : 217
0 à 100 km/h (s) : 7.5
Rejet CO2 (g/km) : 148
Conso urbaine (L/100 km) : 8.5
Conso extra-urbaine (L/100 km) : 5.1
Conso mixte (L/100 km) : 6.4
Conso de l’essai (L/100 km) : 13.0

Notez

Tags : spider

au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile