LMA, le portail de l'actualité automobile
Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

30/03/2015

En Malaisie, l'étoile Mercedes a vu rouge

par Raphaël OLIVIER

Sepang - Cela aurait pu être une promenade de santé pour les étoiles Mercedes. Mais dès les essais de ce Grand Prix de Malaisie, Lewis Hamilton et Nico Rosberg avaient bien compris que le rouge allait festoyer certains appétits. Grâce à une stratégie aux petits oignons, Ferrari offre à Vettel sa première victoire sous ses couleurs... à moins que ce ne soit l'inverse....



Il est vrai que chez Ferrari, on n'était pas habitué à tirer la langue depuis aussi longtemps. Depuis ce 12 mai 2013 où Alonso remportait le GP d'Espagne au volant de sa Ferrari. Putain, 2 ans... c'est long! Et ce sera donc Sebastian Vettel qui reprendra le flambeau, lui qui, de son côté, ne brillait pas spécialement sur les podiums depuis son 4ème titre mondial.
Ceci étant, n'allez pas croire pour autant que les flèches d'argent ont été à la ramasse ce week-end. Loin de là. Juste un changement de pneus au mauvais moment et un mauvais choix de l'écurie. La sanction est immédiate à ce niveau. La maîtrise et le savoir-faire de Ferrari ont fait le reste, d'autant que l'italienne a nettement progressé pendant l'hiver pour venir légitimement titiller la Mercedes, encore un poil au dessus à notre avis.
Bref, on reprend le cours rapide de la course. Déjà sur la grille, le ton est donné avec un Vettel qui s'intercale entre les deux Mercedes de Hamilton et Rosberg, tandis que le jeunot Verstappen apprend décidément très vite en plaçant sa Toro Rosso entre les Red Bull et les Williams,... c'est juste le hors d'oeuvre.

Car le plat de réistance se fera jour pendant les 56 tours de ce grand prix marqué par la sortie de la Safety car après le tête à queue direction bac à gravier d'Ericsson au 4ème tour.
C'est probablement là que la Mercedes d'Hamilton s'est privée d'une nouvelle victoire, en choisissant d'anticiper le changement de pneus qui n'avait pas lieu d'être. Mauvaise pioche pour les Mercedes tandis que la Ferrari de Vettel poursuivait son oeuvre et passait en tête. Quand Vettel rentre au stand pour son dernier changement de pneus au 37ème tour, il chausse des durs par obligation du règlement. Alors qu'Hamilton aurait pu bénéficier de mediums plus performants quand il s'arrête au 38ème tour (il avait déjà chaussé des durs en début de GP), le stand lui installe de nouveau des durs... ce qui pénalisera les performances et de la Mercedes et d'Hamilton.

C'est donc Vettel qui passe le premier sous le drapeau à damiers, remportant ainsi sa 40ème victoire en GP et la 1ère chez Ferrari, tandis que les 2 Mercedes terminent 2 (Hamilton) et 3 (Rosberg). A noter la perf' du môme Verstappen qui finit 7ème et inscrit de nouveau son nom dans le Guiness comme plus jeune pilote de F1 à marquer des points au Championnat du Monde F1. Outre son évident talent prometteur, Verstappen semble démontrer que ce n'est pas que le moteur Renault qui pénalise les Red Bull totalement à l'agonie depuis l'an passé puisque la Toro Rosso est équipé du même bloc. Impression confirmée par l'autre jeunot de la grille, Sainz qui place sa Toro Rosso à la 8ème place, devant les Red Bull (maison mère si l'on peut dire) de Kviat et Ricciardo... ça risque de fumer au débrief...

Le classement du GP de Malaisie
1 Sebastian Vettel Ferrari 1h41m05.793s
2 Lewis Hamilton Mercedes +8.569s
3 Nico Rosberg Mercedes 12.310s
4 Kimi Raikkonen Ferrari 53.822s
5 Valtteri Bottas Williams 1:10.409s
6 Felipe Massa Williams 1:13.586s
7 Max Verstappen Toro Rosso 1:39.085s
8 Carlos Sainz Toro Rosso 1 tour
9 Daniil Kvyat Red Bull 1 tour
10 Daniel Ricciardo Red Bull 1 tour

Le classement provisoire du Championnat Pilotes
1 Lewis Hamilton Mercedes 43 pts
2 Sebastian Vettel Ferrari 40 pts
3 Nico Rosberg Mercedes 33 pts

Le classement provisoire du Championnat Constructeurs
1 Mercedes-AMG 76 pts
2 Ferrari 52 pts
3 Williams 30 pts
 

Notez


Recherche





presscar magazine automobile