LMA, le portail de l'actualité automobile
LMA le mag'

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

12/01/2015

Dernier tour d'honneur pour l'ami Jean-Pierre

par Patrick RENZI

Chacun d'entre nous sait bien qu'au bout du voyage, il faut rendre les clés et tirer le clap de fin. Il n'empêche qu'à chaque fois qu'un ami lâche la barre, cela nous rappelle qu'à un moment ou à un autre, ce sera notre tour.



Jean-Pierre faisait partie de ces pilotes au grand cœur qui auront donné un élan de renouveau au sport automobile que nous affectionnons tous. Il était aussi le symbole d'un champion toutes catégories. Je ne souviens qu'à mes débuts, l'ami Beltoise avait déjà sérieusement écumé les podiums.

C'est en moto que Jean-Pierre fait ses débuts en compétition avec à la clé pas moins de 11 titres de Champion de France. Mais il se tournera vers l'automobile dès 1963 en pilotant pour le compte de René Bonnet à la Targa Florio et un peu plus tard aux 24 Heures du Mans. Un gros accident sur le Circuit de Gueux aux 12 Heures de Reims 64 faillit stopper net les ambitions du jeune champion. C'était déjà sans compter sur la détermination du notre Homme que l'on retrouve en F3 dès l'année suivante. C'est l'époque de Matra Sports (Matra-Bonnet) à qui il apporte un titre de Champion de France avant de monter en F2 dont il récupérera les lauriers de Champion d'Europe en 68 et de rejoindre la F1.

1972 verra son départ du Team F1 Matra vers BRM. Beltoise se réservant la possibilité de piloter les Matra d'Endurance. Le seul GP que gagnera Jean-Pierre en F1 est celui de Monaco. Nous sommes le 14 mai 1972, les conditions météo sont terrifiantes, Beltoise part en 4ème position sur la grille, prend la tête dès le départ et malgré son bras déficient, la piste ravagée, il triomphe et fait ce jour là la démonstration d'un immense talent. On le retrouve la même année au Mans sur une des Matra MS 670. La sienne cassera dès le départ, mais Matra signera pourtant une victoire avec Pescarolo et Hill. Force est de constater que son transfert vers BRM n'est pas une totale réussite et Jean-Pierre Beltoise quittera définitivement la F1 fin 74.

Matra lui sourit dans le Championnat du monde d'endurance… Watkins Glen, Paul Ricard, Nürbürgring, Brands Hatch… mais toujours pas Le Mans! Il terminera sa carrière de pilote en 1979 après s'être essayé dans les courses de voitures de tourisme, en Rallycross (champion de France sur Alpine).

Jean-Pierre Beltoise consacrera alors son temps à la Sécurité sur son Circuit de Trappes avant de participer étroitement à la création du splendide circuit de Haute-Saintonge que son fiston Julien gère depuis plusieurs années.
C'est à lui que je pense aujourd'hui en écrivant ces quelques lignes, à son frère Anthony et à leur gentille maman Jacqueline qui n'est autre que la sœur de François Cevert, autre champion émérite.
Plus qu'une idole, un champion, c'est aussi une époque. Celle d'un temps où la compétition n'avait pas encore cet arrière-goût de pognon déversé à grands coups d'enchères, où chacun, chacune, pouvait rêver. Merci Jean-Pierre pour ces agréables moments partagés.

Notez


Recherche





le magauto magazine automobile