LMA, le portail de l'actualité automobile
LMA le mag'

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager

07/01/2016

Africa Eco Race 2016 - Etape 8

Toujours aussi sélective


La philosophie de l'AFRICA ECO RACE est la mise en place de boucles afin de permettre aux équipes d'assistance de bénéficier d'une journée tranquille. Ce qui ne fut pas vraiment le cas pour les concurrents qui ont eu à affronter une véritable spéciale mauritanienne, composée de passages empierrés et de portions de sables mous, le tout avec une séance de navigation à la René METGE, c'est à dire plutôt copieuse. Même si le haut du classement général n'est pas trop chamboulé, derrière, il risque d'y avoir du changement car certains vont rentrés très tard au bivouac d'Amodjar.



Africa Eco Race 2016 - Etape 8
Mercredi 6 janvier 2016
ÉTAPE 8 : AMODJAR / AMODJAR : 498 km
LIAISON : AMODJAR / CHINGUETTI : 79 km
SPÉCIALE : CHINGUETTI / AMATI : 377 km
LIAISON : AMATI / AMODJAR : 42 km
 
Pal Anders ULLEVALSETER renoue avec la victoire
Il suffisait de voir la tête de Pal Anders ULLEVALSETER à l'arrivée de la spéciale pour se rendre compte que celle-ci avait été difficile, voir très difficile. Pourtant le Norvégien, qui est sûrement aujourd'hui le pilote encore en activité le plus capé, en a vu de toutes les couleurs dans sa carrière. Mais là, il a classé cette 8ème étape de l'AFRICA ECO RACE comme une des plus denses qu'il ait eu à boucler avec, au total, 6h29'10'' au guidon de sa KTM 450 pour parcourir les 377 km de secteur sélectif. Malgré tout, au final, il était tout sourire et heureux de remporter son 6ème succès sur cette édition 2016.
 
Derrière, Andrew NEWLAND, qui, rappelons-le, découvre ce qu'est un grand rallye africain, a parlé de punition. Néanmoins, après s'être réhydraté correctement en buvant un POWERADE, le Britannique était tout heureux d'apprendre qu'il était classé 2ème à moins de 30 minutes.
 
Superbe performance également de la famille portuguaise MOREIRA DE SOUSA, le père et le fils qui roulent ensemble sur l'AFRICA ECO RACE depuis le début et qui terminent aujourd'hui 3ème et 4ème, également à une trentaine de minutes, juste devant Norbert DUBOIS, 5ème seulement après avoir un peu jardiné à proximité de l'arrivée. Malgré cela, le Français se hisse en 2ème position au classement général, après la mauvaise journée passée par Anastasiya NIFONTOVA et Dmitry AGOSHKOV.

Derrière, les écarts sont plus importants puisque le 10ème, le vétéran slovaque Jan ZATKO, est pointé à près de 2 heures. A 20 heures, 21h00, à Paris, il restait encore 8 motards sur la piste. Hélas, le Belge Jean Louis BLANPAIN ne sera pas au bivouac ce soir puisque, victime d'une fracture du fémur suite à une chute en début de spéciale, il a été rapatrié vers l'Europe pour y être opéré.
 
Mathieu SERRADORI s'impose mais loupe le coche
Depuis deux jours, Mathieu SERRADORI avait élaboré un plan pour réaliser une grosse performance en s'élançant depuis une position éloignée dans le classement, histoire que ses adversaires directs ne le voit pas venir. Hier, un souci mécanique a contrarié sa tactique et il est donc parti le couteau entre les dents de Chinguetti, une des villes historique du rallye. Au volant de son Buggy MSR, le Français a réalisé une étape incroyable, comptant jusqu'à 40 minutes d'avance sur ses adversaires au CP4, à 80 km de l'arrivée. Hélas, la fin du parcours allait lui être moins favorable puisqu'une grosse erreur de navigation au km 361 lui faisait perdre 38 minutes et de gros espoirs de revenir sur la tête de course. SERRADORI remporte tout de même sa 2ème spéciale depuis le début du rallye, devançant de 3'11''Pascal THOMASSE dont l'OPTIMUS a connu des coupures moteur tout au long de la journée.

La 3ème place revient au Kazakh Kanat SHAGIROV, une fois encore très régulier aujourd'hui sur son TOYOTA puisqu'il ne perd que 9'14'' et conserve le leadership de l'épreuve. A souligner également la superbe performance d'un autre OPTIMUS, à savoir celui de David GERARD, 4ème en auto devant Jean Antoine SABATIER et Dominique HOUSIEAUX. Parmi les grands perdants du jour, on retrouve le Russe Anton GRIGOROV, 18ème, et Jean Pierre STRUGO qui s'est ensablé pour finalement terminer 19ème. La première contre performance du Français qui lui coûte deux places au général.

En revanche, mention spéciale à la famille VIDAL, Luc et Marlène, qui sortent en 21ème position de cet enfer Mauritanien que, du reste, ils attendaient pour mettre en évidence les qualités de leur gros et solide 4X4 TOYOTA.

En T2, les deux seuls à avoir effectuer la totalité de cette boucle d'Atar sont Marat ABIKAYEV sur TOYOTA et Joseph ROSSO sur NISSAN, arrivé 7 minutes après le Russe. Les autres ont tous coupé, loupant des CP au passage et le classement général pourrait donc bien évoluer après que soient tombées les différentes pénalités.

TOMECEK tout près de l'exploit chez les camions
Tomas TOMECEK, triple vainqueur de l'AFRICA ECO RACE, attendait la Mauritanie pour que son TATRA, léger et agile dans le sable, puisse enfin rivaliser avec les KAMAZ. Sans une crevaison qui lui a fait perdre une vingtaine de minutes, le Tchèque se serait imposé puisqu'il termine juste derrière Anton SHIBALOV, à seulement 11 minutes du camion Russe. Magnifique étape également pour Elisabete JACINTO dont le MAN ne perd que 13 minutes sur le KAMAZ et qui conforte encore un peu plus sa 3ème place au général camion.

Jeudi 7 janvier 2016, la caravane du Monaco Dakar va prendre la direction d'Akjoujt où un bivouac y est installé chaque année depuis trois éditions. Si les assistances n'auront que 200 km de liaison à effectuer, les motos, autos et camions encore en course, auront au programme du jour 444 km d'un secteur sélectif qui s'annonce encore une fois particulièrement intéressant.
Notez

le magauto magazine automobile