LMA, le portail de l'actualité automobile

Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

19/06/2016

4000 km en Opel Astra

Parce qu'elle le vaut bien !


par Patrick RENZI

Il y a quelques années, le constructeur allemand, souvent englué dans les dédales invalidants de la maison mère GM, a failli disparaitre, malgré une glorieuse histoire quasiment centenaire. Sans l'esprit de sauvegarde de l'administration allemande et la fidélité d'une clientèle attachée à ses solides valeurs, l'éclair teuton avait de grandes chances de rejoindre les ténèbres. Heureusement pour l'automobile, Opel a repris de belles couleurs et si la gamme n'occupe pas encore les segments supérieurs jadis confiés aux Diplomat et autres Admiral, elle propose quelques modèles dignes d'intérêt. Il y a quelques mois, Opel nous gratifiait d'une énième mouture de sa compacte familiale Astra dont les charmes avoués et les potentiels annoncés nous ont amené à la tester sur un mégadrive de 4000 kilomètres.



AVENUE DU MARAIS

Les stylistes Opel ont su donner à la proue de l'Astra de bien belles allures latines.
Les stylistes Opel ont su donner à la proue de l'Astra de bien belles allures latines.
Pour nous, le kilomètre Zéro ne sera pas sur le parvis de Notre-Dame, mais au bas de l'Avenue du Marais à Argenteuil. C'est là que nous attend notre Astra habillée de sa robe Brun Caramel. Joli look, racée, séductrice, cela nous change des moutures antérieures souvent balourdes et peu engageantes. Avec ce millésime, les designers ont accouché d'une esthétique fluide, pour ainsi dire latine. Le charme opère et la froideur teutonne laisse avantageusement place à un ressenti bienveillant. Midi vingt déjà, pas le temps de trainailler. Juste l'envie de faire plus ample connaissance avec cette Opel pas tout à fait comme les autres. Les concepteurs de cette nouvelle Astra ont eu la bonne idée de faire table rase du passé en partant d'une page blanche. Sculptée dans le détail, ciselée dans la sagesse, musclée mais pas trop, vous l'avez compris: cette Opel a atteint sa cible. Que de chemin parcouru depuis une certaine Kadett de 1936, un brin ancêtre de notre Astra... du moins dans sa compacité relative. Pour le reste, entre la fluidité de son pavillon, les agréments de sa face avant et le dynamisme esthétique de sa poupe, c'est un sans faute rarissime dans ce segment souvent dicté par la cause utilitaire du quotidien.
 

LAON, PORTE D'ARDON

Une planche de bord de bien piètre qualité, des sièges indignes, c'est là que résident les grosses carences de l'Astra. A corriger sans délai par respect du client.
Une planche de bord de bien piètre qualité, des sièges indignes, c'est là que résident les grosses carences de l'Astra. A corriger sans délai par respect du client.
A l'intérieur, on ne retrouve pas la même qualité de présentation, ni même la complaisance prévenante de la ligne extérieure. La planche de bord, bien que travaillée dans ses formes, présente un graphisme des compteurs peu flatteur, des cerclages de fond des compte-tours et compteur de vitesse en plastique faussement argenté, un mini écran surbrillant... Comment dire, l'essentiel est là, bien en place, l'instrumentation est complète, mais il manque le coup d'oeil accrocheur d'une approche qualitative. En un mot, tout cela fait un tantinet quincaille, pour le coup très éloigné (trop?) de la rigueur germanique, pas franchement dans le ton méditerranéen... un brin asiatique du siècle dernier. La tenue en mains du volant est très agréable et l'espace intérieur est vaste. Un peu tristounet, mais très habitable, à l'avant comme à l'arrière. Nous apercevons la ville de Laon, juchée dans sa partie haute sur sa colline, dominée par une cathédrale gothique et le Poma, mini-métro aux allures de funiculaire. Des quatre portes anciennes qui ont résisté au temps, celle d'Ardon est la plus réputée. Tout en bas, se lovant autour de sa butte-témoin, la ville basse s'étend jusqu'aux limites de la plaine picarde. Un Lycée qui abrita longtemps les talents de mon indulgente lingère rend hommage à l'astrologue Pierre Méchain qui n'est pas le seul illustre personnage a être né par ici. Laon, ville d'Art et d'Histoire, accessoirement théâtre annuel d'une montée historique confidentielle dont la 25ème édition s'est déroulée à la mi-mai.
 

REIMS, CITE DES SACRES

Que penser de ce clin d'oeil aux allures taquines? Du bien. Incontestablement.
Que penser de ce clin d'oeil aux allures taquines? Du bien. Incontestablement.
Même si pour notre part, nous n'attachons qu'une importance toute relative à la véracité du vote pour l'attribution du titre de voiture de l'année trop souvent dévoyé et dévolu à un modèle de circonstance par un jury un peu trop trié sur le volet!, nous ne pouvions traverser la cité rémoise sans évoquer quelques brides d'une riche Histoire de France. Ici, mieux qu'ailleurs et en tout état de cause de manière plus culturelle, le sacre prend son sens. Clovis, Charles X et tant d'autres ont jalonné le parcours de cette cité pendant plus de 10 siècles. Le Sacre, mais aussi le Champagne inventé par Dom Pérignon lui-même et aujourd'hui honteusement copié à travers le monde parce que insuffisamment protégé dans des contrées où les notions de propriété intellectuelle sont largement bafouées. Au coeur de ces vénérables et riches vignobles, notre Astra affiche de bien sympathiques qualités. Quel plaisir de mener cette jolie berline au travers des ruelles de la ville, au travers des petites routes de Marne! Ici, les Taxis d'antan ont retrouvé une quiétude sereine et l'Astra fait preuve de sérieuses prestations routières qui feraient pâlir certains modèles de gammes dites supérieures. Très agréable à conduire, facile à placer dans les flux de la circulation qu'elle soit des villes ou des champs, maniable, cette souris a plus d'un tout dans sa besace, à commencer par un châssis bien né.
 

MACON, D'UN VIGNOBLE A L'AUTRE

Le hayon donne un accès particulièrement facile à une capacité de charge modulable bien pensée.
Le hayon donne un accès particulièrement facile à une capacité de charge modulable bien pensée.
Abritée dans l'extrême sud de la Bourgogne, là où la Saône et Loire se mêle avec bonheur aux confins de l'Ain et du Rhône, Mâcon joue la méridionale. Plus tout à fait Bourgogne, pas encore Beaujolais, quoique, les vins du Mâconnais sont gorgés des premiers soleils d'une vallée rythmée par les humeurs de la Saône. Viré Clessé, Pouilly-Fuissé, Saint-Amour... mais nous nous égarons. Boire ou conduire... à consommer avec modération... bien entendu! On en profite pour visiter une ou deux caves, charger quelques caisses en bois superbement gravées et apprécier le volume d'un coffre de 370 litres facilement modulable jusqu'à 1210 litres, une fois les banquettes rabattues. La présence du hayon facilite l'accès et on se demande encore pourquoi les malles arrière et leur coffre exagérément profond existent encore. Pour notre Astra, tout reste à portée de main et le seuil de charge se situe là où il faut, évitant aux utilisateurs de douloureuses et fastidieuses contorsions pour lendemains difficiles.

PERTUIS, PORTE DU LUBERON

A défaut de senteurs de Provence, profitons du soleil méditerranéen qui illumine la très séyante robe Brun Caramel de notre Astra.
A défaut de senteurs de Provence, profitons du soleil méditerranéen qui illumine la très séyante robe Brun Caramel de notre Astra.
La Nationale 7, stupidement rebaptisée Départementale par des absurdités politiques, demeure malgré tout et pour ce qu'il en reste, un monument de notre Histoire. Symbole des congés payés, des escapades méditerranéennes et... des bouchons, la 7 regorge de souvenirs dont quelques vestiges, posés ici et là, nous rappellent, il était une fois, comme c'était mieux hier. Aujourd'hui, l'Autoroute du Soleil accélère le rythme et sur ces longs rubans bitumineux, une fois encore, notre Astra est à l'aise, se jouant des kilomètres qu'elle avale dans un silence et un confort de suspension appréciés. Confort... mais de suspension, car les sièges avant fournis de série sont particulièrement infectes. Fermes, sans maintien, mal conçus, ils n'ont rien à faire dans une voiture de ce niveau. Du coup, il sera utile de se rabattre sur l'option "sièges avant ergonomiques AGR avec réglage lombaire et soutien pour les cuisses", onéreuse, mais incontournable. Ces sièges peuvent être massants et ventilés, un must unique sur ce segment. Heureusement, les oliviers, la Durance sont là, les senteurs de Provence, aussi. Capitale du Pays d'Aigues, Pertuis nous ouvre les portes du Parc naturel régional du Lubéron. Les petites routes mettent en évidence l'excellente tenue de route de notre Opel, son freinage endurant et sa direction douce et précise, bien que trop légère. L'Astra est ici à son affaire et elle enfile les courbes aussi facilement que les politiques enfilent leurs perles. Et surprise agréable, le groupe moteur 1.6 litres CDTi ne consomme que le minimum syndical (4.9 litres réels de moyenne durant nos 4000 kilomètres effectués)... ce qui, par nos temps de disette...! Une jolie performance quand on sait que parfois... souvent?... les vitesses affichées n'avaient rien d'autorisées. Il est vrai que les 110 chevaux vitaminés et surtout les 300 Nm de couple sont eux aussi... méditerranéens!

EGLETONS, ENTRE SARRAN ET QUAI BRANLY

La Terre de Corrèze conserve ses facultés d'accueil.
La Terre de Corrèze conserve ses facultés d'accueil.
Il n'y a pas si longtemps, l'endroit était affectueusement surnommée Terre de Chiraquie. Entre Tulle et Ussel, nous sommes sur la 89, au coeur d'une contrée fertile en Présidents. Pas très loin de Sarran et d'un musée pas tout à fait comme les autres, à quelques encablures de Lapleau où j'ai laissé bien plus qu'un coeur brisé, Egletons rend hommage aux Seigneurs de Ventadour. On sait ici, ce que sont les valeurs de la terre, de la poésie, des troubadours. Certains patronymes résonnent depuis longtemps au son des Bruyères, Monéger, Spinasse et Caraminot dont le lycée porte le nom. Notre Astra fait une pause au pied de l'Eglise Saint Antoine l'Ermite, à deux pas des remparts, du Centre de Découverte du Moyen-Age. La belle attire le passant, curieux et intéressé par cette allemande venue d'ailleurs. L'endroit est propice aux échanges et certains ne se sont pas faits prier pour prendre son volant, conquis. Comme quoi, dans une démocratie, c'est le Peuple qui a toujours raison...
 

LIBOURNE ET SON PONT DE PIERRE

Quand le charme et la mécanique font bon ménage.
Quand le charme et la mécanique font bon ménage.
La France est vraiment un beau pays et les tableaux naturels se succèdent les uns après les autres avec le même éclat, la même beauté, la même richesse. Direction le Sud Ouest, l'Aquitaine et les abords du Bordelais. Halte est faite dans cette ancienne bastide lovée entre l'Isle et la Dordogne. Nous ne sommes qu'à quelques encablures de la capitale bordelaise et Libourne bénéficie de l'extraordinaire essor de la grande agglomération en plein boom économique. Libourne... et ses célèbres vignobles... Oui je sais! Toujours à consommer... Cette fois, les noms magiques sont Saint-Emilion, Pomerol... Nous nous offrons une jolie pause pour un shooting photo ma foi bien agréable, de quoi mettre en valeur certains galbes et d'autres courbes harmonieuses. L'Astra se prête au jeu, dévoile ses atours, joue une carte séduction amplement méritée. Si l'on pioche copieusement dans le catalogue optionnel, les équipements disponibles peuvent être surprenants. La puissance des phares Matrix adaptatifs Intellilux LED évite tout éblouissement des conducteurs qui nous croisent. Opel Eye reconnait les panneaux de signalisation, indique la distance pour le freinage automatique d'urgence et avertit par vibration du volant lorsque la trajectoire dévie de manière intempestive. IntelliLink est un système multimédia astucieux. Sans oublier Onstar, assistant personnel connecté qui mériterait plus de transparence fonctionnelle, surtout après la période d'essai d'un an.
 

ET POUR CONCLURE

Encore quelques mots avant de boucler la boucle et rejoindre une Ile de France que les élus n'ont pas encore osé renommer, dénaturer. Paris reste Paris, nous l'avons échappé belle. Entre les Hauts de France, l'Occitanie et autres débilités du genre, il me semble que les priorités devraient se situer ailleurs...et que les politiques seraient mieux inspirés de trouver solution aux attentes de leurs électeurs plutôt que de créer des problèmes là où il n'y en a pas. Retour sur Paris, péages autoroutiers éhontés, prix des carburants scandaleux... quand les pompes ne sont pas vides, l'Etat tue sa poule aux oeufs d'or. La voiture est la plus belle des créations de la révolution industrielle et l'Astra n'a pas à rougir face à sa concurrence dont elle devrait ne faire qu'une bouchée si le réseau avait la motivation, si le marketing redorait le blason. Meilleure que ses petites copines qui jouent dans la même cour de récréation qu'elle, la nouvelle Opel Astra devrait faire un carton. Ses qualités intrinsèques sont légion et les défauts relevés peuvent trouver un dénouement heureux pour peu que les ingénieurs fassent le job. Superbement stylée, bien motorisée, techniquement au point, habitable, confortable pour peu que l'on opte pour les sièges qui vont bien, économique à l'usage, bien équipée, assemblée avec soin, l'Astra ne manque pas d'arguments pour aller bousculer Mégane et 308, Golf et Focus ainsi que quelques autres. Alors me direz-vous? Pourquoi l'Astra ne se vend, en France, qu'à si peu d'unités alors qu'elle le vaut nettement mieux et même davantage?

3955 kilomètres à une moyenne de 4.9 litres... une consommation mesurée, un autre atout de l'Astra 1.6 CDTi.
3955 kilomètres à une moyenne de 4.9 litres... une consommation mesurée, un autre atout de l'Astra 1.6 CDTi.
NOS COUPS DE COEUR
Ligne extérieure très réussie
Espace intérieur habitable
Excellentes prestations routières
Phares adaptatifs diablement efficaces

NOS COUPS DE GUEULE
Sièges de série infâmes
Planche de bord quincaille
Direction trop légère
Visibilité 3/4 arrière invalidante

ETOILES        *****
COEURS         ♥♥♥

RECAPITULATIF    
ASPECT EXTERIEUR 500 428
EQUIPEMENT 800 541
COMMANDES DIVERSES 300 207
INSTRUMENTATION 400 291
SECURITE 800 693
PERFORMANCES 600 498
CONFORT DE CONDUITE 800 655
COTE PRATIQUE 500 344
COTE TECHNIQUE 800 605
BUDGET ET SAV 500 409
     
TOTAL GENERAL 6000 4671
MOYENNE 20,00 15.57

Prix du modèle essayé (€) : 26560
Prix (à partir de/€) :              20300
Puissance fiscale (CV) : 05
Nbre de cylindres/soupapes : 4/16
Carburant : GO
Cylindrée (cm3) : 1598
Alésage/course (mm) : NC
Puissance maxi (ch/tr) : 110/3500
Couple maxi (Nm/tr) : 300/1750
Transmission : AV
Boîte : BVM6
Freins AV : Disques V
Freins AR : Disques P
Diamètre de braquage (m) : 11.40
Long/Larg/Hauteur (cm) : 437/180/148
Empattement (m) : 266
Poids (kg) : 1350
Coffre (L) : 370/1210
Réservoir (L) : 48
Vitesse maxi (km/h) : 195
0 à 100 km/h (s) : 11.0
Rejet CO2 (g/km) : 93
Conso urbaine (L/100 km) : 4.0
Conso extra-urbaine (L/100 km) : 3.3
Conso mixte (L/100 km) : 3.5
Conso de l’essai (L/100 km) : 4.9

Notez


1.Posté par essaisautos le 27/06/2016 10:51

Vous êtes vraiment sérieux au sujet de la qualité de la planche de bord ? Franchement, pour l'avoir essayé également, je l'ai trouvée globalement bonne !!
Quant aux sièges, s'ils affichent une certaine fermeté propre à la marque allemande, ils ne sont en rien "infâmes".

Par contre, rien ne vous choque en termes de capacité du coffre ?


au hasard des essais déjà parus...
< >

Mercredi 1 Novembre 2017 - 15:44 Citroën Cactus EAT6 One Tone

Mardi 31 Octobre 2017 - 21:43 Isuzu D-Max Crew Quasar 4x4

édito | les news en live | focus | essais | les coups de Massu | reportages | nostalgie | éco green | évasion | biblio | kiosque


le magauto magazine automobile